Critiques des livres parues dans Infosophia 29 à 55

vendredi 12 juillet 2013
par  administrateur
popularité : 27%

Le Rayon des Livres

Infosophia 29 (1995) à 55 (2010)

Livres d’Astrologie

Contributeurs :
AF : Astrid FALLON ; AVL : André VANDER LINDEN ; CS : Claudio SCUBLA ; DVDV : Daisy VAN DE VIN ; EP : Eric PANICHI ; JB : Jany BESSIERE ; MM : Michaël MANDL

Attributions :
- +++++ : Le prix d’excellence
- ++++ : Au-dessus du lot
- +++ : Vaut le détour
- ++ : Digne d’intérêt
- + : Pourquoi pas ?
- - : A vous de voir...
- - - : Késako ?
- - - - : Aux oubliettes

AMBELAIN Robert, Le Dragon d’or – Rites et aspects occultes de la recherche des trésors, Ed. Dervy.
IS42 +++

Magique, mystérieux, kabbalistique, etc., tel est cet ouvrage qui n’avait plus connu de réédition depuis sa parution il y a quarante ans, chez Niclaus. Mes clés, disait Robert Ambelain, disparu en mai dernier, « La Tradition, toujours. Les vieux maîtres. Aucune considération pour les innovations et les excentricités. Mais la recherche des racines occultes de l’astrologie, son aspect particulier dans le domaine du Sacré. » (...) La première édition devenue introuvable, il était temps de permettre aux lecteurs ce retour vers cette astrologie séculaire. Les étoiles fixes, les 72 faces du zodiaque, les carrés magiques et la magie, les incantations, l’usage de la baguette, la chiromancie, les visions et les rêves. Mais encore, la Messe du Saint Esprit selon le rite latin ; sans omettre la recherche des trésors selon la Théurgie et l’importance de la part de Fortune. Comment et où chercher les trésors selon l’astrologie ? Ceci dit, il est probable que le plus beau des trésors se trouve en vous, enfoui dans votre cœur. Cependant l’ouvrage, quelle que soit l’idée que l’on se fait de Dame Uranie, vaut vraiment le détour. JB

ANDRE Aimée, Astrologie spirituelle – Ethique et pratique, Ed. du Rocher.
IS45 ++

Nos compatriotes connaissent bien cette délicieuse personne qui fît souvent les beaux soirs du Sablon. Toujours interpellée par les trois corps de l’homme : corps, âme et esprit, l’auteur tente de fournir un plan d’interprétation tenant compte de la raison de l’incarnation. En outre, une jolie part est réservée à l’art de la consultation, à son éthique et fournit des conseils pratiques. Nous savons Aimée André nimbée d’une grande générosité, elle ne fait, dans ce livre, que prolonger cet état naturel. Une bien jolie quête spirituelle, à lire pour apprendre et se détendre. JB

ANDRIEU Irène, Lecture karmique du thème astral, Ed. du Rocher.
IS47 ++

Ou comment tirer parti des échéances du passé – acquis aux effets positifs aussi bien que transformation des difficultés personnelles ? Dans quelles circonstances notre karma a-t-il été engendré ? Quel sont ses conséquences aujourd’hui ? Autant de questions – et bien d’autres – auxquelles l’auteur tente de répondre avec pertinence. JB

ANDRIEU Irène, Histoire des enfants de l’an 2000, par Irène Andrieu, Ed. du Rocher, 1996.
IS38 - -

Ou l’avènement de L’Habeas Scorpus… (sic !)
Il faut naturellement lire L’Habeas Corpus en oblitérant ce qu’en dit l’auteur (p.134), entendu que – comme pratiquement tout ce qu’il contient – cet ouvrage foisonne d’erreurs (il n’est pas possible de tout énumérer ici, mais le lecteur lira avec le plus grand intérêt l’article de Charles Ridoux consacré à ce dés-astre, paru in « Astralis n°45 », 12/96). Bref, il est scandaleux d’oser proposer un tel foutoir qui ne peut qu’entraîner le profane sur les chemins tordus d’un détournement permanent de l’Histoire et des cycles astrologiques censés s’y rapporter. Ensuite, sur 291 pages, vous n’en trouverez qu’une tristounette relative aux enfants à naître en l’an 2000. Cette spécialiste « karmique » s’emmêle dans un passé flou et demeure évidemment muette sur le futur.
Le livre est bien enlevé, d’où son principal risque. JB

ANDRIEU Irène, Psychologie des interceptions – Astropsychologie – Tome 1, Auréas Editions.
IS51 +++

Un sujet rarement abordé que celui des signes interceptés comme, par exemple, le début d’une maison en Poissons suivi par le début de l’autre dans le Taureau. Dans ce cas le signe du Bélier – et évidemment, celui de la Balance – seront interceptés. L’auteur analyse aussi l’interprétation des fonctions des maîtres des signes interceptés, qu’ils soient inclus ou non dans leur signe, ainsi que le rôle « très » spécifique des maisons d’interceptions et des maisons incluses. Clairement écrit, cet ouvrage devrait vous permettre de « dialoguer avec une interception » dans le but de bien aider le consultant à résoudre certaines de ses impasses comportementales, affectives ou sociales, et à s’en libérer si elle le désire vraiment. Un livre conseillé. JB

ARROYO Stephen, Pleins feux sur Jupiter, Editions Du Rocher.
IS43 ++

Dernièrement, un confrère m’a dit qu’il ne se sentait pas le courage de dire quoi que ce soit sur les dires de l’auteur, par crainte de se mettre l’ensemble de ses admirateurs sur le dos… Tout de même ! Ce livre contient nombre d’appréciations provenant des principaux auteurs anglo-saxons, comme C. Carter, Margaret Hone, Jeff Mayo, Mark Douglas, H. Sasportas, Paul Wright, par exemple. L’auteur appuie ses démonstrations sur de nombreux thèmes dont certains, douteux, auraient fait frémir Luc de Marré d’indignation : Gandhi – thème purement spéculatif, Emily Dickinson, une heure à la minute près pour une naissance aux EU, en 1830. Quelques perles aussi du genre : Les compositeurs Debussy et Mozart avaient Jupiter en maison 2 (à qui son analogie avec le Taureau confère une dimension vénusienne) (sic !). (op.c. p.187). Plus loin, à propos de Robert Redford : « Les convictions morales de Jupiter en Sagittaire prennent une forme concrète grâce au carré de Saturne en Poissons, signe ayant une affinité particulière avec le cinéma. » (op.c. p.248). Confusion probable avec Neptune pour ce qui est de la « pellicule », mais notre auteur n’en est pas à une gaffe près. Les astrologues avertis y découvriront quelques interprétations très pertinentes ne venant pas forcément de l’auteur, mais que les débutants ne prennent surtout pas l’ouvrage pour argent comptant. Ceci dit, la lecture vaut le détour. JB

ARROYO Stephen, Pratique d’interprétation du thème astral, Ed. du Rocher, 1996.
IS35 ++

Dans la lignée des enseignements de Rudhyar, voici le dernier ouvrage traduit de l’astrologue humaniste Stephen Arroyo. Sous un titre quelque peu trompeur, puisqu’il s’agit en fait d’un manuel (aucun exemple pratique ni étude de cas) – comme le voudrait d’ailleurs l’exacte traduction du titre anglais (Handbook) –, l’auteur propose une très bonne synthèse des facteurs intervenant dans l’analyse d’un thème et de leurs combinaisons de base. Après le grand classique en la matière qu’est le Manuel pratique d’Astrologie de Georges Antarès (à juste titre le livre d’astrologie le plus vendu en Europe), l’effort de Arroyo mérite certainement une place d’honneur, puisqu’il s’avère être une bonne introduction à l’analyse astrologique pour le débutant, mais aussi un aide-mémoire précieux pour le praticien. MM

AUBIER Catherine, Comment les séduire selon leurs signes du zodiaque, Ed. Arthémuse.
IS47 ++

Drôle et plein de verve, ce livre – à mettre en toutes les mains – se révèle charmant autant qu’intéressant. Certains signes en prennent pour leur grade, mais c’est tellement bien dit qu’on en redemande. Un cadeau à offrir ou à s’offrir. JB

AUBIER Catherine, Le livre de vos affinités astrales – La comparaison de thèmes et le bon choix en amour, Ed. Solar.
IS39 ++

Il s’agit de la réédition augmentée de l’ouvrage du même titre paru précédemment, dont je vous ai déjà parlé. Si vous ne l’avez pas encore, c’est le moment de l’acquérir, car il vous permettra, sans faille, de faire vos débuts dans une matière de plus en plus à la mode. JB

AUBIER Catherine, Prévoir par l’astrologie – les transits planétaires : théorie, pratique, témoignages, Ed. Solar, 1996.
IS34 ++

Ce livre est surtout destiné à tous ceux qui éprouvent des difficultés à interpréter les transits. De nombreux exemples détaillés illustrent cet ouvrage bien enlevé et d’un abord particulièrement facile. Les étudiants seront comblés, d’autant qu’une approche succincte des Révolutions Solaires clôture ce livre.
Après L’Astrologie en vingt leçons, Catherine Aubier prouve ici qu’elle a, depuis des années consacrées à l’enseignement, compris les faiblesses de nombre d’amateurs de l’art d’Uranie. Et puis, avec l’humour en plus, il n’y a aucune raison d’y résister. JB

AUREAS, The Complete Ephemerides 1920-2020, Editions Auréas, Paris.
IS32 ++++

Etonnement pratiques et très complètes, ces éphémérides offrent, outre les planètes traditionnelles, les positions journalières de la Lune Noire (selon le calcul d’Auréas qui s’inscrit parmi au moins 5 possibilités) et du Nœud Lunaire vrai avec les dates de ses mouvements directs et rétrogrades. A part, la position de la Lune à 12h et le degré de sa déclinaison à 0h. Egalement, les déclinaisons de toutes les planètes à 0h, y compris Cérès, Chiron, le Nœud moyen et la Lune Noire.
Aux phases lunaires s’ajoutent encore, dans un encadré très bien détaillé, les aspects planétaires journaliers.
Selon moi, cet ouvrage est appelé à surpasser son concurrent The American Ephemerides 1900-2000, que l’on doit au regretté Neil Michelsen trop tôt disparu. Il ne reste qu’à souhaiter à ces remarquables The Complete Ephemerides le succès international qu’elles méritent d’autant plus qu’elles sont présentées en cinq langues. Bravo ! JB

AUREAS, The Complete Ephemerides 1930-2030 - Planets & Asteroids, Auréas Editions, 2005.
IS53 ++++

La nouvelle édition de ces éphémérides comprend déjà les positions des nouveaux astéroïdes et planètes naines découverts depuis 2002, Sedna, Orcus et Quaoar. L’aspectarian reprend tous les aspects multiples de 30°, 45° et 72°. Les amateurs d’astrologie naturelle apprécieront encore toujours les données des heures des passages des planètes sur l’équateur céleste et à leurs maxima de déclinaison, ainsi que celles de l’apogée et du périgée de la Lune. Aussi complet qu’évoqué par son titre. AF

AUREAS, The Complete Ephemerides – 2000-2050, Auréas International Edition.
IS46 ++++

Elles sont l’outil indispensable à chaque astrologue : longitudes et déclinaisons du Soleil, de la Lune et des planètes à 0h ; Nœud lunaire vrai et moyen (les constances utilisées pour calculer le Nœud moyen ont été déduite du dernier standard de constances astronomiques proposé par l’Union Astronomique International, la position est dite « moyenne » car établie sur une grande période de temps) ; Lune Noire – Apogée lunaire vrai et moyen : 1) l’apogée lunaire, 2) le deuxième foyer de l’ellipse instantanée de la Lune ou « Lune Noire », 3) la Terre, 4) le périgée lunaire (opposé à l’apogée lunaire dans le zodiaque). Aspects principaux au jour le jour : une page pleine par mois. Incontournable à consulter tous les jours. JB

AURIGEMMA Luigi, Le Signe du Scorpion, Editions de l’Herne, 2003.
IS51 ++++

Cette réédition d un ouvrage publié il y a 30 ans est tout simplement une perle rare. L’auteur n’est pourtant nullement astrologue, mais historien et psychanalyste. Ayant choisi pour objet d’étude le Scorpion, Luigi Aurigemma parcourt sa symbolique au fil des siècles et des civilisations, nous emmenant dans un voyage d’une rare richesse intellectuelle, allant du IIe siècle (Ptolémée) à la Renaissance. Le lecteur bénéficie ainsi d’une étude très complète « des permanences et des variations » dans la perception du signe, ce qui nous vaut pas mal de découvertes et de surprises, ainsi qu’un très bel éclairage qui, débordant le Scorpion, touche le zodiaque tout entier. Un ouvrage qui devrait figurer dans toute bibliothèque astrologique qui se respecte. MM

BARBAULT André et Anne, Les Astralités des femmes illustres, Ed. du Rocher.
IS45 ++++

Père et fille s’entendent pour nous livrer un ouvrage d’une clarté exemplaire. Passée au crible de la synthèse – et c’est un chef d’œuvre de style – la vie de ces femmes aussi détonantes qu’étonnantes qui, au fil des siècles, ont brillé – dans leur domaine – sous la splendeur des étoiles. Chacune a quelque chose d’attachant, de la reine à la meurtrière, leur histoire s’éclaire, comme par magie, sous le regard des étoiles. Pour apprendre à sans tenir à « l’essentiel », qui fait si souvent défaut, un livre indispensable. C’est, avec les « Astres Royaux », un modèle du genre, savoureux et remarquablement bien fait. JB

BARBAULT André et la section psychologique du CIA, Soleil et Lune, Ed. Traditionnelles, réédition de 1999.
IS46 ++++

Incontournable, pour candidats astrologues et confirmés. A étudier et à appliquer. JB

BARBAULT André, Astres royaux – Horoscopes des têtes couronnées, Editions du Rocher.
IS30 +++

De l’Allemagne à la Yougoslavie en passant par le Japon, André Barbault, avec l’esprit de synthèse qui le caractérise si bien, traite chaque monarque, chaque reine comme une fine ciselure, une bien jolie miniature. Un verbe brillant et condensé, sans préjugés ni sympathies particulières, tel est le contenu de ce livre qui comblera les personnes soucieuses d’atteindre les sommets dans l’art de l’interprétation. Signalons aussi que André Barbault dédie son livre à notre Président d’honneur et ami, Luc de Marré, le plus sérieux « explorateur de l’authenticité du moment natal ». JB

BARBAULT André, Prévisions astrologiques pour le nouveau millénaire, Ed. Dangles.
IS45 +++

Vous avez certainement déjà lu bien des niaiseries au sujet de la « fumeuse » éclipse dite de Nostradamus, qui n’est tout bonnement qu’un phénomène astronomique. De la « grande année » à cette éclipse, du cycle de Kondratief à « l’âge du Verseau », l’auteur explore les arcanes du prochain millénaire avec – comme toujours – un regard objectif et précis. Un aperçu synoptique du siècle à venir permettra de comprendre et d’anticiper son évolution, que l’on soit astrologue ou historiens, géo-politologues, sociologues ou analystes économiques et sociaux. Mais comment en arriver là sans un indispensable retour en arrière ? L’Histoire se répète au long des grands tournants de la civilisation occidentale depuis 574 av.J.-C., avec la nécessité d’évoluer à partir de ses propres bases. Le prochain millénaire invite certainement à plus de vigilance, d’audace et d’exigence, tant individuelles que collectives. Un ouvrage à lire, à étudier et à méditer sérieusement. JB

BARBAULT Martine, Les transits en astrologie globale, Ed. Bussière.
IS51 ++++

Egale à elle-même dans l’excellence, ce nouveau livre de notre amie Martine vous rendra enthousiaste. Particulièrement bien enlevé, l’auteur expose – dans cet ouvrage de référence – avec une précision et une rigueur rares l’importance des transits en astrologie. Il est tenu compte que le transit, s’il ne se vit pas de la même manière pour chacun, prend cependant valeur de test, de révélateur et permet d’éclairer sur le degré d’évolution du sujet. Passant en revue les transits de rencontre, de naissance – il y a toujours une référence à l’enfant –, du professionnel ou de santé, Martine Barbault montre combien la prévision par les transits est pertinente et permet de suivre le climat et l’ambiance dans lesquels nous baignons lors du passage d’une planète particulière. JB

BARBAULT Martine, Méthode d’Interprétation en Astrologie, Ed. Bussière.
IS41 ++++

Voilà un ouvrage essentiel autant que remarquablement bien fait. Une méthodologie appliquée à de nombreux exemples – basés sur les EC – illustre les démonstrations de notre auteur. Après l’étude des tempéraments, les répartitions en quartes, et les dessins planétaires, Martine Barbault nous guide vers une interprétation imparable. Le livre est limpide, sans verbiage inutile. Indémodable, à consulter souvent et à étudier sûrement, il est appelé à devenir un classique indispensable à l’étudiant comme aux confirmés. A ma connaissance, c’est le « must » du cru 1997. A lire... Absolument ! JB

BEHAEGHEL Julien, Le Zodiaque symbolique, Ed. Mols, Belgique.
IS46 ++

Un livre charmant et sans doute inspiré avec bonheur par le regretté Oswald Wirtz : dessins de l’auteur et commentaires nous rappellent l’éminent occultiste. Riche en arguments, du style (p.183) : « L’Air du Verseau est vibrations et souffle régénérateur. C’est l’onde de choc provoquée par les trompettes de l’Apocalypse, les sept trompettes de la recréation du monde... » ; à vous de voir si cela correspond à l’idée symbolique qui est la vôtre. JB

BERIAULT Marc, La Lune Noire se lève, Ed. Shanti Inc.
IS40 ++

Les positons de la Lune Noire, reprises en fin d’ouvrage, ne correspondent à aucune éphéméride publiée jusqu’ici. Cependant, l’auteur donne l’explication de son calcul et, pourquoi pas, tester Lilith ainsi placée. Marc Bériault est d’entrée de livre aussi sympathique que simple. Ce spécialiste de l’Alchimie et du Chamanisme apporte une vision pertinente et très intéressante sur la mystérieuse Lune Noire, si chère au cœur de notre regrettée amie Joëlle de Gravelaine.
Après l’historique, il passe au mythe en détaillant la pratique et l’interprétation. Puis l’auteur, qui poursuit depuis longtemps une quête spirituelle, s’attache aux croix : cardinale, fixe, mutable. Il passe aux éléments. Consacre un chapitre à la sexualité. Etudie la position de la reine de la nuit dans les signes et en secteurs zodiacaux. Ensuite les aspects avec le Soleil et les planètes lentes. Et pour les passionnés des Nœuds Lunaires une analyse des contacts avec Lilith.
Dans le genre, je pense que ce livre comblera les amoureux de la Lune Noire. Diffusé en Belgique, il suffit de commander l’ouvrage chez votre libraire. JB

BERNARD-DECROZE Paul, Les Blasons astrologiques, Ed. du Rocher.
IS46 +++

Nous voici face à un travail majeur, une refonte totale de ce que l’on appelle « les patterns », chers à Jones, Ruperti et bien d’autres. L’auteur est un polytechnicien qui analyse avec brio certaines périodes historiques sur base de « blasons » successifs. Il fait le pont entre la tradition du Yi-King et introduit Kronos – courbe de radar et trajectoire en forme d’ADN à l’appui – au centre de gravité des dix corps célestes connus. Outre les grands cycles mondiaux, les lecteurs trouveront de beaux exemples appliqués à des personnalités connues. Pour les chercheurs, et les autres, ce livre vaut qu’on s’y attarde et qu’on l’étudie. JB

BERRUT Eric, Les Parents dans le thème astral de naissance – Ciel ! Mes aïeux !, Eric Berrut, R. et C. Editeurs, 1999.
IS52 ++

Le sous-titre est évidemment une référence à Aïe, mes aïeux ! d’Anne Ancelin Schützenberger, un ouvrage fondamental en matière de psycho-généalogie. On est donc logiquement en droit de penser que nous avons affaire à un livre conjuguant l’astrologie et la psycho-généalogie. Ce n’est pas le cas et, s’il est bien question des parents, force est de reconnaître que le titre induit le lecteur en erreur, du moins dans une certaine mesure. On peut par ailleurs regretter certains points dont l’assimilation régulière entre les positions en maison et les positions en signe (l’auteur parle certes d’analogie, mais il fait plutôt un amalgame), ainsi que quelques égarements à connotation poétique. Les contenus d’ordre psychologique, au sens le plus large du terme (avec notamment des références à la psychanalyse et au développement de l’enfant), n’en sont pas moins intéressants et, en ce sens, ce livre reflète de façon assez judicieuse les acquis de l’astrologie contemporaine. MM

BESSIERE Jany, L’Europe et les astres – de 1950 à 2005, par Jany Bessière, Edité par l’auteur, 1996.
IS34 +++

La construction de l’Europe se place dans un contexte totalement différent de ce que fût celle des Etats-Unis. Les tenants et les aboutissants du cheminement de ce phénomène historique pourraient tenir en un seul mot : mondialisation.
Cette étude décrit – partant de l’après-guerre 1939-1945 – les étapes nombreuses d’un mouvement irréversible mais combien difficile, dégageant les facettes tant historiques qu’astrologiques.
Les amateurs d’histoire contemporaine seront ravis de trouver rassemblés dans ces 140 pages un grand nombre d’informations relatives aux événements marquants qui influencèrent et influenceront encore les décisions – accords, plans, négociations, traités – et l’on ne sera pas surpris de voir la Guerre du Vietnam, le cours du $, l’OPEP, Wall Street, la Guerre Iran-Irak, le S.M.E., la Pêche, le Mur de Berlin, le démantèlement de l’URSS, etc. se répercuter sur les choix « politiques » de nos dirigeants européens.
L’astrologue averti ne manquera pas, tout au long du dédale des actes posés par ceux qui nous gouvernent, de s’interroger si dans la plupart des cas les moments furent bien choisis. Un excellent exercice en l’occurrence, même pour ceux pour qui l’astrologie mondiale n’est pas leur « tasse de thé ». AVL

BESSIERE Jany, Les éclipses, les lunaisons et VOUS, Ed. du Rocher.
IS37 +++

Il manquait un livre de valeur sur les éclipses et les lunaisons. Le voici publié. L’auteur s’appuie sur les données traditionnelles passées au crible de son expérience. Après une présentation astronomique, JB cite ce que rapporte Ptolémée sur le sujet. Puis elle propose une démarche d’interprétation applicable aux astrologies mondiale et généthliaque. L’ouvrage se termine avec une série d’exemples. C’est un modèle de ce que devraient publier les éditeurs. Denis Labouré, in « La Recherche Astrologique, Vol.11/Sept.96 ».

BETAILLOLE Josette, Astrologie appliquée à l’enfant, Ed. de Mortagne.
IS39 +++

Un clavier planétaire parfait, une structure remarquable, des arguments imparables, une uniformité constante, quel bon livre ! Il est vrai que cette maison canadienne à l’habitude de nous proposer des publications d’une rare qualité. C’est fait, une fois de plus. Il n’existe pratiquement rien sur ce sujet des plus importants et devenu courant en cette époque faite de doute et de crainte devant l’avenir. Hormis Claire Santagostini (encore elle) et Suzie Gentile, le rayon « enfant » était pauvre. Aujourd’hui, avec cet ouvrage détonnant et remarquable, qui constitue en plus un excellent manuel astrologique expliquant les calculs des dominantes selon Berton et les éléments planétaires chers à mon cœur (enfin on y revient), vous saurez tout, mais tout, sur nos chers chérubins. JB

BORDONI Grazia, Dati di nascita interessanti (Interesting birthdata) – vol.8, Edité par l’auteur, 1996.
IS36 +++

Elle tient, avec quelques uns, le haut du pavé des dates de naissance appuyées par des documents officiels. Grazia Bordoni, notre amie et correspondante en Italie, s’évertue à collecter avec un soin particulier des monticules d’informations diverses sur tous les personnages dignes d’intérêt. Parfois, et après des mois d’effort soutenu, elle parvient à retrouver des filiations variées allant de politiques aux mafieux. L’avantage des ouvrages de Grazia est qu’ils sont chauds, c’est-à-dire que les personnages mondiaux cités sont ceux qui ont fait l’actualité dans l’année qui précède la publication.
Egalement, Grazia Bordoni édite des ouvrages ayant trait uniquement aux événements mondiaux variés : tremblements de terre, collisions, crashs aériens, naufrages et autres fracas. D’autres abordent les jumeaux cosmiques, les assassins, les sportifs, le monde de la mode, etc. MM

BORDONI Grazia, Dati di nascita interessanti (Interesting birthdata) – vol.9, Edité à compte d’auteur, 1998.
IS43 +++

Comme chaque année, notre infatigable amie nous revient avec un copieux volume de données italiennes et d’ailleurs. Le contenu ne cesse de s’améliorer au fil des ans. Cette fois, outre une présentation de plus en plus claire, les caractéristiques des personnalités citées sont brièvement traduites en anglais. Une raison supplémentaire pour ne pas s’en priver ! MM

BORDONI Grazia (Sous la direction de), Guida ragionata ai testi in lingue italiana, édité par le Centro di Studi Astrologici « Il Simbolo ».
IS30 ++

L’astrologie est si présente en Italie que la publication de ce « Guide raisonné aux textes (astrologiques) en langue italienne » était devenue nécessaire. Sont ainsi repris tous les livres publiés à ce jour en Italie depuis 1900. La recherche et l’effort de Grazia Bordoni sont louables, c’est le moins que l’on puisse dire. Les ouvrages sont classés selon trois catégories : les auteurs, les genres et les sujets. Il m’est difficile de suivre Madame Bordoni lorsqu’elle fait à plusieurs reprises les louanges de Stephen Arroyo, mais il reste que, pour quiconque parle l’italien, ce document constitue une référence essentielle pour connaître les publications astrologiques du pays de Dante Alighieri. MM

BORDONI Grazia, Il libro degli eventi – Vol. 2, sous la direction de Grazia Bordoni, Edité par l’auteur, 1995.
IS31 +++

Madame Bordoni, inlassable investigatrice de dates de naissance, tel notre Luc de Marré national, nous propose ici le fruit d’une partie de ses recherches concernant les événements d’intérêt général, sociaux et mondiaux. Les faits intéressant l’Italie sont évidemment les plus nombreux, mais les autres pays ne sont par pour autant en reste. Ainsi, par exemple, le détournement d’un avion français par des terroristes algériens (décembre 1994) est détaillé dans chacun de ses rebondissements, du début à la fin de la prise d’otages. Un travail très complet, dans lequel l’auteur n’oublie pas de citer ses sources, particulièrement utile aux chercheurs qui étudient des cas particuliers (tremblements de terre, attentats, accidents en tous genres, etc.). MM

BORDONI Grazia, Il Libro degli eventi – Vol. 3, édité par l’auteur, 1997.
IS38 +++

C’est – déjà ! – le troisième volume consacré aux événements que publie notre amie Grazia Bordoni, infatigable chercheuse de données de naissance. Les événements sont classés par ordre alphabétique et sont accompagnés d’un commentaire détaillant leurs conséquences. La présentation est toujours très (trop ?) sobre, mais il est vrai que la qualité du fond compense largement les petits défauts de forme. Malgré que le texte soit en italien (mais cela ne devrait pas poser trop de problèmes aux lecteurs de langue française), je le recommande vivement à tous : en astrologie, il n’y a pas que la généthliaque ! MM

BOUCHET René, Les Etoiles fixes dans la tradition celtique – Leurs influences traditionnelles et médicales, Guy Trédaniel Editeur.
IS43 ++

Outre les positions des étoiles fixes calculées de 5 ans en 5 ans jusqu’à l’an 2020, l’auteur, docteur en médecine et druide, offre à ces lecteurs un ouvrage charmant et des plus intéressants. Aujourd’hui par trop délaissées, les étoiles fixes méritent pourtant qu’on s’y arrête et que l’on en tienne compte. A (re)découvrir. JB

CAMPION Nicholas & ADDY Steve, The New Astrology – The Art and Science of the Stars, par Bloomsburry.
IS48 ++++

Détails multiples pour les signes et les planètes. La science et la fiction. Comment travailler avec les planètes. Les recherches dans les étoiles. Tout, vous saurez tout, sur les diverses applications de l’Art Royal. Outre des illustrations superbes, une présentation conviviale et une tenue textuelle remarquable, ce livre est un bijou. Qu’on se le dise… JB

CAMPION Nicholas, The Great Year – Astrology, Millenarianism and History in the Western Tradition, Edition Penguin, 1994.
IS29 ++++

Les astrologues s’intéressent de plus en plus à leur histoire, ce qui est une très bonne chose. En effet, celle-ci est riche d’enseignements tout comme ce livre dont l’analyse est particulièrement éblouissante. En 500 pages on traverse ainsi l’histoire, partant du monde mésopotamien en passant par Israël et la Grèce antique, Rome, l’ère Chrétienne, le Moyen-âge, la Renaissance et la grande époque des nouvelles découvertes astronomiques, on parvient jusqu’à nos jours.
Le plus remarquable dans cet ouvrage, au-delà de l’étude à proprement parler, est l’alliage entre prudence et pertinence. S’il faut en effet être prudent quant à l’interprétation des conceptions qui nous sont antérieures, pour ne pas y plaquer nos propres présomptions, cela ne signifie pas pour autant que rien ne puisse en être dit. Il suffit pour cela d’un peu de modestie et de s’arrêter là où aucune démonstration ne peut être fournie : l’analyse n’en est pas pour autant moins intéressante, tout au contraire.
On n’en a jamais fini d’apprendre, en astrologie en particulier, et l’érudition de l’auteur a de quoi en étonner plus d’un ! C’est époustouflant. MM

CASATI Thérèse, Le Déroulement du fil de la vie, Editions du Rocher, 2006.
IS53 +++

Les cycles de l’existence et les différentes étapes de la vie par lesquelles nous passons tous sont éclairés via les cycles de Saturne et Uranus en particulier. Six personnages célèbres sont présentés pour la démonstration. Un beau livre pratique, à lire presque comme un roman ! AF

CASATI Thérèse, Manuel d’astrologie – Synthèse des connaissances essentielles, Ed du Rocher.
IS37 +++

Le livre de Madame Casati, venue à l’astrologie à l’âge de 50 ans, est vraiment excellent. Son travail découle de l’observation d’un manque de synthèse complète dans ses diverses lectures. C’est pour elle-même d’abord, pour ses élèves ensuite, qu’elle annote avec soins – pendant quinze ans – les approches des principaux auteurs de notre siècle. C’est ainsi que les travaux de André Barbault se retrouvent parmi ceux de Stephen Arroyo, M.E. Jones, A. Ruperti, D. Rudhyar, Germaine Holley, etc.
L’ouvrage est véritablement bien fait. Naturellement, on peut ne pas abonder dans le sens de tel ou tel auteur. C’est un très bon livre pour qui connaît bien les travaux des auteurs cités. JB

CHERMET-CARROY Sylvie, L’Astrologie karmique et les métamorphoses de l’âme, Ed. Trédaniel.
IS47 +++

Une rencontre qui restera dans les esprits, le séminaire animé par notre auteur les 16 et 17 octobre 1999, avec une femme aussi cultivée que délicieuse. Son livre a tout pour plaire aux personnes qui s’interroge sur ce sujet comprenant l’étude de la Lune Noire en signes et en maisons. L’étude des Nœuds lunaires occupe une partie du livre et la Part de Fortune, si souvent négligée, reprend ses droits. Quant à Pluton, on lira les pages qui lui sont consacrées pour mieux cerner son rôle en regard du karma. JB

CHERMET-CARROY Sylvie, L’Astrologie Médicale, Guy Trédaniel Editeur.
IS43 ++

C’est d’une écriture légère et dans un style aussi clair que soigné que l’auteur aborde une branche peu pratiquée mais qui revient en force, celle de l’astrologie médicale. Tout y passe : l’étude approfondie des axes, les aspects psychosomatiques, la diététique, les rôles des planètes, les glandes endocrines, la typologie homéopathique, et quelques pathologies remarquables appuyées par des exemples pratiques. Les lecteurs corrigeront l’heure de naissance de Julio Iglesias, né à 14h05 – 40N24-3W42 – (source : son père, docteur gynécologue, à JB). Dans le genre, un ouvrage fort bien fait et vivement conseillé. JB

CHRZANOWSKA Denise, Astrologie Stellaire et Mythologique, Ed. Astro-Log Communications, 1996.
IS38 +++

Complexe, mais riche, sont les mots qui conviennent pour définir ce travail de fond et érudit. Les amoureux des mots-clés relatifs à l’hiéroglyphe, à l’étymologie, à la numérologie et aux mythes seront comblés. Les effets des étoiles fixes, trop souvent négligées, retrouvent une place de choix. Le rôle conjugué de Saturne et l’étoile des Gémeaux « Polaris » sur les guerres, un sujet présenté à Paris lors des journées de l’ARRC fin mars 1996, est ici clairement repris et bien expliqué ; tout en espérant que les moments sanglants qui s’y rattachent ne se produisent jamais. Les signes sont pertinemment analysés, ciselés même. L’ouvrage est agrémenté d’une table mise à jour des étoiles fixes, réalisée par Axel Harvey, du meilleur intérêt, doublée d’une brillante interprétation à leur sujet. JB

CHRZANOWSKA Denise, La signature de l’analogie, Astro-Log Communications Editeur.
IS44 ++

Une préface qui a valeur de livre, « L’Occulte et le Savoir », par Robert Amadou, introduit avec force les propos de l’auteur. Un livre riche faisant la démonstration d’une herméneutique interprétative, qui demande réflexion pour y accéder de plein pied. Au sommaire : le discours poétique vu par les poètes ; la métaphore, des interprètes de la métaphore en linguistique, élaboration d’une sémantique catégorielle, syntaxe de la composante sémantique et symbolique, les fonctions imageantes – d’un grand intérêt, l’interprétation poétique modèle, etc. Peintre et poète depuis sa jeunesse, l’image et l’écriture constituent pour elle deux langages qui cherchent une alliance. L’auteur, diplômé en linguistique par l’université de Montréal, se consacre largement à l’hermétisme. JB

CLIFFORD Frank C., British Entertainers – The Astrological profiles, Flare Publications, 2003.
IS51 ++++

Cet ouvrage, regroupant plus de 800 données de naissance du monde du spectacle britannique, est une véritable mine d’or. Outre que les renseignements complets d’Outre Manche ne sont pas toujours faciles à trouver, même à l’époque de l’internet galopant, il faut ici souligner le travail remarquable accompli par Frank C. Clifford qui, en vrai professionnel de la collecte des données, indique ses sources et ses informateurs, permettant ainsi au lecteur de se faire une idée suffisamment précise de la fiabilité des heures indiquées. A ce propos, on y trouve aussi la classification proposée par la regrettée Lois Rodden, qui signe la préface. Outre de nombreux thèmes qui illustrent l’ouvrage, chaque personnalité est présentée par des éléments biographiques très complets. Un vrai travail de pro. MM

CORNELIUS Geoffrey et DELVAUX Paul, Le Langage des étoiles – Un Guide illustré des mystères célestes, Gründ, 2004.
IS52 ++++

Comme c’est toujours le cas avec les éditions Gründ, le lecteur a droit à un ouvrage magnifiquement illustré, qui vaut déjà son achat pour cette seule raison. Cela ne signifie pas pour autant que le contenu ne soit pas à la hauteur du contenant, que du contraire, puisque les textes sont très clairs et didactiques. Outre la partie astrologique proprement dite, qui détaille les planètes, les signes et de nombreuses correspondances symboliques, le principal intérêt de l’ouvrage réside dans sa partie cosmographique, qu’il s’agisse de la description des mouvements célestes ou de la présentation de nombreuses constellations, à quoi s’ajoute une dernière partie non moins intéressante sur les alignements sacrés de certains monuments et autres sites historiques. On remarquera que, n’en déplaise aux férus de « new age », les auteurs situent le début de l’ère du Verseau à partir de l’an 2300… Pour le reste, et à quelques détails près, on regrettera simplement que l’édition soit réalisée dans un format de poche : de si belles illustrations auraient mérité un peu plus de place ! MM

COUDRET Jean-Louis, La Rigueur des astrologues, Edité par l’auteur, 1996.
IS34 +

S’il est un fait irritant en astrologie, c’est de s’apercevoir que l’on travaille sur des données de naissance erronées : le beau château de cartes de l’interprétation s’écroule… Or, souvent les praticiens se contentent de recopier des sources sans les vérifier ou, pire, ils inventent les données qui servent à leur démonstration. Voilà donc le coup de gueule – parfois excessif dans les termes, mais amplement justifié – d’un astrologue qui a relevé un certain nombre de « perles » trouvées dans des ouvrages qui, pour la plupart, sont considérés comme des références en la matière. Vous saurez ainsi comment l’on peut tout expliquer à partir de dates, heures ou lieux de naissances totalement faux, voire même analyser le thème d’une personne alors qu’il s’agit de celui d’une autre ! MM

CURUANA Charles, La technique des maisons dérivées, Ed. Dervy.
IS41 +++

Peu d’auteurs ont, ces dernières années, écrit sur ce sujet passionnant. Tout le monde connaît Eudes Picard et sa célèbre « Astrologie Judiciaire » (toujours en vente chez Leymarie), mais incontestablement celui-ci emboîte le pas de la modernité.
Outre d’être clair et plutôt amusant à étudier, ce livre, bien écrit, révèle parfois quelques surprises qui, somme toute, quand on y réfléchit bien tombe sous le sens. Les suggestions analogiques sont percutantes et faciles à retenir. Pour développer la capacité de vos neurones, la gymnastique de ce livre est excellente. JB

CUYPERS Jean J.M., Les 12 maisons en astrologie – Précis d’interprétation, Ed. François de Villac.
IS29 +++

Saluons avec enthousiasme la parution chez un éditeur français de l’ouvrage d’un belge connu maintenant depuis de nombreuses années.
Paru en 1982 à compte d’auteur, ce livre n’a absolument rien perdu de son intérêt : il est tout simplement indispensable à quiconque veut s’initier à l’astrologie, mais très utile aussi à tous ceux qui pratiquent déjà et qui ont toujours besoin de références précises et sérieuses. En effet, ce travail ne s’arrête pas à la description des douze maisons : on y trouve l’analyse des planètes dans les secteurs, des signes sur les cuspides, de l’emplacement des maîtres des maisons, des maisons dérivées ainsi que des aspects qui se forment de maison à maison. Il aura donc fallu douze ans pour que cette étude soit reconnue par un éditeur : merci Jupiter ! MM

D’ARMANDY Valérie, L’impact astral, Ed. Lanore.
IS47 ++

Vous avez déjà pu apprécier les travaux de notre auteur, régulièrement publiés dans ce trimestriel. On pourrait lui reprocher de laisser la part trop grande au karma, mais on y trouve un très pertinent chapitre consacré au « Cerveau et la transmission », outre un entretien curieux avec Pascale Lafargue. Tout de même, Valérie, il n’y a pas qu’Uranus qui gouverne le Verseau, et puis vous avez omis Neptune. Où le mettez-vous ? (p.146) JB

D’ORMESSON Roselyne, Vos premiers pas dans le cosmos – Manuel d’astrologie psychologique et prévisionnelle, Traité d’interprétation, Ed. Traditionnelles.
IS44 ++++

Superbe enrichissement largement augmenté de deux volumes parus précédemment et totalement épuisés. Fougue éclatante et style parfait d’un auteur qui se montre un authentique écrivain, fait suffisamment rare dans notre jargon pour être souligné (… quel plaisir que sa plume qui tranche avec le fadasse ordinaire de la prose astrologique ! Cette balade astrale est donc au surplus un enchantement littéraire. André Barbault in « L’Astrologue #122 »). Pertinence savoureuse, excellente pédagogie et une méthodologie ayant de quoi satisfaire tant les confirmés que les débutants. Ce gros pavé vaut largement le détour et que l’on s’y attarde. Feu d’artifice final, modèles d’interprétation à l’appui, cette très grande dame analyse avec maestria une bonne trentaine de thèmes.
Pour fêter fièrement son retour uranien en Verseau en conjonction de son MC, Roselyne – Rose pour ses intimes – ouvre une école d’astrologie proposant un cursus sur trois années validées, chacune, par un constat annuel d’aptitudes : « Les Nouvelles Lunes du Verseau ». Ce Bélier flamboyant autant qu’enthousiaste n’en finira pas de vous étonner. JB

DAELMAN Raymond, De Bijbel, voor een complete Horoscoopinterpretatie – Werken met Decanaten, Dwabs & Moderne Transits, Edité par l’auteur.
IS37 ++

Les ouvrages édités par nos confrères et amis néerlandophones sont rares, raison pour laquelle il est toujours agréable de souligner leur parution. Celui-ci ne contient pas moins de 525 pages d’autant plus instructives qu’elles nous permettent de mieux cerner l’approche astrologique actuelle du Nord de notre petit pays. Grande influence anglo-saxonne, certes, mais un bel attachement à la tradition sert de fondation à ce livre qui sent bon l’ésotérisme de qualité. Alors pourquoi vous en priver plus longtemps ? JB

DAVID Ferdinand, Les aspects en astrologie, Ed. Bussière.
IS42 +++

C’est solide et bien trempé. L’auteur sait de quoi il parle et nous entraîne sur des voies à suivre en matière d’interprétation. Sans un mot de trop, par quelques formules enlevées, il nous livre une bien jolie synthèse de tout ce qu’il faut savoir en matière d’énergie cosmique, des fondements et de l’interprétation. Entre autres, signalons – pour donner le ton – que, pour lui (p.56), « (...) la division par 4, le Carré, représenterait l’œuvre de labeur, l’apprentissage des lois de la vie, le sujet disposant encore d’une vue trop partielle des processus et de la pédagogie de l’Elan vital. (...) Appliqué à l’humanité, et aux dieux qui résument toujours son niveau d’évolution, le Carré témoigne d’une humanité encore jeune, donc combative, révoltée au besoin, ou écrasée ; elle apprend à se connaître et à croître dans le cadre – qu’elle ignore – des garde-fous dressés par la vie. (...) ». C’est épatant et à lire sûrement. JB

DAVID Ferdinand, Les Planètes – En signes et en maisons, Ed. Bussière.
IS38 ++

L’auteur heureux d’une remarquable Lecture ésotérique de l’évangile de Jean, nous guide ici vers un retour aux fondements essentiels d’une astrologie classique dont on ne dira jamais assez combien elle riche d’enseignement. Ses réflexions pertinentes et son savoir valent le détour, d’autant que le symbolisme est scrupuleusement respecté. Un ouvrage dont les arguments sont une référence didactique indispensable. JB

DE GRAVELAINE Joëlle, Dieux et héros du zodiaque, par Joëlle de Gravelaine, Ed. Robert Laffont, 1996.
IS34 +++

Depuis son remarquable ouvrage La Déesse Sauvage, paru chez Dangles, Joëlle de Gravelaine s’est révélée une conteuse étonnante autant que férue des mythes.
Ici, elle récidive en nous offrant un travail d’une richesse surprenante. S’il est vrai que l’astrologie se réfère sans cesse à la mythologie, la plupart des livres proposés étaient, jusqu’à présent, très souvent d’accès compliqué.
Les reflets des dieux sont autant d’images nous permettant de saisir chacun des signes du zodiaque : Jason pour le Bélier ; Mithra et Io pour le Taureau ; Castor et Pollux pour les Gémeaux ; Eurynomé pour le Cancer ; Apollon pour le Lion ; Hestia et Vesta pour la Vierge ; Eurydice pour la Balance ; Hadès pour le Scorpion ; Bellérophon et son cheval Pégase pour le Sagittaire ; Pan et les saturnales pour le Capricorne ; Ariane et la chute d’Icare pour le Verseau ; Œdipe et les écuries d’Augias pour les Poissons. Certes, ces personnages ne sont pas isolés, ils se confondent avec d’autres dans ce livre d’excellence, qui se lit facilement, comme un très bon roman. JB

DE LARCHE Jean, Cérès – Planète maîtresse de la Vierge, Ed. François de Villac.
IS39 ++

Cela fait quelques décennies que des astrologues s’intéressent à Cérès. A commencer par les travaux très opportuns réalisés en leur temps par Claire Santagostini, auteur astrologique de renommée et directrice de collège. Pourtant, il semble bien que cet ouvrage soit le premier dans la langue de Voltaire. Il vaut par une belle envolée, qui a le mérite de mieux faire connaître l’astéroïde. On regrette toutefois des démonstrations pas toujours convaincantes lorsque appliquées à certains cas, comme celui de Françoise Dolto, par exemple. Quoi qu’il en soit, l’auteur, docteur en philosophie et professeur honoraire à l’Institut national des langues et civilisations orientales, se consacre depuis plus de 40 ans à l’étude astrologique et son livre mérite qu’on s’y attarde. JB

DE MAILLY NESLE Solange, L’Astrologie – L’histoire, les signes, le thème... et la science, Ed. de la Martinière.
IS29 +++

Superbement illustré, magnifiquement enlevé, ce livre est en fait la réédition « augmentée » de L’Astrologie – L’histoire, les Symboles, les signes..., publié en 1981 chez Nathan. Pour tout savoir sur la symbolique de l’astrologie, l’édification de l’astrologie et l’apport des anciens, son évolution à travers son et l’histoire, l’interprétation et la pratique de l’astrologie, etc. Un important chapitre concerne plus particulièrement « astrologie & science ». Un ouvrage de référence splendide à vous offrir ou à vous faire offrir en cette veille de fête de Pâques. JB

DEFRANOUX Laetitia, Rythmes de Lune, Ed. du Rocher, 1997.
IS39 -

Vous trouverez ici toutes les positions lunaires en fonction du signe solaire de naissance, et ce « afin de vous reconnecter à votre Lune intérieure »… La Lune extérieure ne suffit-elle pas ? Mis à part dans les rayons de grandes surfaces, on se demande vraiment quelle est la place de ce livre… MM

DELMAS Pierre, Le Nombre d’or, les sciences et l’astrologie, Editions du Rocher, 2004.
IS52 +++

On peut reconnaître de nombreux mérites à cet ouvrage, à commencer par le fait de se situer dans une perspective mathématique, mais aussi de se fonder sur une hypothèse intéressante, sans oublier qu’il est illustré par de nombreux exemples classés en différentes catégories, dont plusieurs cartes du ciel à l’appui. L’idée de départ réside dans le fait d’appliquer le nombre d’or (également appelé la divine proportion, équivalent à 1,618) à l’astrologie, avec toute une série de conséquences que ce soit en termes planétaires ou d’aspects à considérer. Il s’agit indubitablement d’une piste de recherche intéressante, qu’il conviendrait de creuser et l’on ne peut que saluer l’effort de l’auteur qui fait dès lors office de précurseur, du moins en langue française. Cela l’expose à parfois quelques approximations en termes d’analogies et de parallélismes, mais il n’en reste pas moins que ce genre d’ouvrage, qui pousse à la réflexion et à la recherche, fait trop souvent défaut dans notre domaine. MM

DELMAS Pierre, Nouvelle approche des aspects astrologiques – Théorie et pratique, Ed. du Rocher.
IS43 ++

Une proposition séduisante vue par les cycles et les nombres qui s’y rattachent. Le livre vaut la peine, ne serait-ce que pour le grand chapitre consacré à un aspect souvent difficile à analyser, je parle du quinconce, que l’auteur aborde avec savoir-faire et conviction. Les aspects képlériens : quintile, biquintile, tridécile, etc. trouvent aussi une place de choix. Un bon ouvrage pour tous, débutants et confirmés. JB

DEMAR Patrick, La Chanson française en Europe – Des francophones à la french touch, de A à Z, Patrick Demar, Edité par l’auteur, 2002.
IS51 ++

Que ce soit par intérêt pour la recherche ou parce que vous êtes passionné(e) de chanson, vous aurez raison de vous procurer cet ouvrage qui brasse un tableau très complet des chanteurs et des groupes qui passent plus ou moins régulièrement sur les ondes. L’effort réalisé par l’auteur est considérable, même si on peut regretter l’absence d’indications concernant les sources et les informateurs, de même que quelques coquilles de-ci de-là. Cela n’empêche que l’utilité de ce travail reste indéniable, d’autant plus que, au détour des pages, on y découvre des informations peu connues. Vous saviez par exemple que Michel Houellebecq, l’auteur des « Particules élémentaires » avait réalisé un disque de « rap mou » ? Moi non ! MM

DEMAR Patrick, La Nouvelle chanson francophone – 200 chanteurs pour l’an 2000, Tome 1 (de A à L), Edité par l’auteur, 1998.
IS45 +++

Il ne s’agit pas vraiment d’un répertoire de données au sens classique du terme puisque cet ouvrage thématique n’intéresse pas seulement les astrologues en quête de données de naissance, mais aussi tous les passionnés (ou simples amateurs) de chanson en langue française. Outre les différents renseignements usuels (noms de scène et ceux à l’état civil, plus naturellement les dates, lieux et heures de naissance de la plupart des artistes cités), on y trouve les informations biographiques indispensables et les diverses discographies. Le collecteur de données regrettera cependant que ni les sources ni les informateurs ne soient cités, ce qui ne permet pas de s’assurer de la véracité de certaines données.
Attention : après confirmation écrite de l’auteur, il s’avère que le renseignement publié par Patrice Petitallot (in « La Lettre du Cadran#41 ») – et repris in « Datasophia#6 » – concernant Patrick Bruel est faux : Patrîîîîck est né à 8h48 CET (7h48 TU) et non à 8h. Cela ressemble à s’y méprendre à l’histoire de l’arroseur arrosé...
En fin d’ouvrage, un index reprend les dates et mois (mais pas les années) de naissance des chanteurs cités. Deuxième tome à paraître en juin 1999. MM

DISCEPOLO Ciro e MAGGIORE Francesco, Elementi di astrologia professionale, Blue Diamond Publisher, 1996.
IS36 +++

Après les Révolutions Solaires, Ciro Discepolo cosigne un ouvrage qui affronte un problème d’actualité en ces temps de crise de l’emploi : celui de l’orientation professionnelle. La première partie, signée par Francesco Maggiore, est théorique : outre les acquis nous venant du passé, sont exposées de façon succincte les tendances professionnelles en fonction des dominantes planétaires et de quelques données du thème natal. La deuxième partie, par Ciro Discepolo, est pratique : de nombreux thèmes illustrent quinze orientations différentes, allant de la médecine à la gymnastique. Il est bien évident qu’une telle perspective ne peut pas être exhaustive, mais l’ouvrage est d’utilité pour la réflexion qu’il a le mérite de susciter en la matière. MM

DISCEPOLO Ciro e MAGGIORE Francesco, Introduzione alla sinastria – Astrologia dei rapporti umani, Blue Diamond Publisher, 1996.
IS38 ++

Dans la lignée de ce qu’ils avaient proposé au sujet de l’orientation professionnelle, nos deux auteurs s’attaquent cette fois à la synastrie. Francesco Maggiore signe la première partie, dans laquelle – après un bref aperçu historique – il analyse l’un après l’autre les différents aspects (répartis entre « bons » et « mauvais ») entre deux thèmes. L’approche est claire et simple, davantage utile à l’étudiant qu’au praticien chevronné. L’auteur lui-même souligne deux aspects de cette technique qu’il ne fait qu’effleurer : le rapport entre les dominantes et l’emplacement en Maisons. La deuxième partie, par Ciro Discepolo, est axée sur des exemples de couples célèbres. Ces couples sont pour la plupart italiens – le seul à 100 % étranger étant celui entre Woody Allen et Mia Farrow –, ce qui limite forcément l’intérêt de lecteurs étrangers. Par ailleurs, Ciro Discepolo propose une lecture de la synastrie par l’attribution de points aux aspects, tout en précisant que cette cotation ne préjuge ni de la qualité ni de la durée de la relation entre les sujets : par exemple, le couple entre Federico Fellini et Giulietta Masina n’obtient que 8 points (correspondant à un rapport médiocre) et, s’il est vrai que Fellini a toujours eu une amante attitrée, il n’en reste pas moins que leur union a duré plus de 50 ans et que Masina fut une des actrices fétiche du réalisateur. MM

DISCEPOLO Ciro e PALLADINO Massimo, Effemeridi previsionali 1870-1900, Blue Diamond Publisher, 1996.
IS34 ++

Les astrologues contemporains, souvent trop attentifs à l’« ici et maintenant », en oublient de réviser leur histoire, tout comme d’ailleurs l’Histoire tout court. Il est vrai qu’il est de plus en plus difficile de se procurer des éphémérides d’avant 1900, et c’est justement la lacune que vient combler cet ouvrage, dont les positions planétaires sont calculées pour 0h TU. S’il faut saluer l’effort, on peut cependant regretter que n’y figurent pas nombre d’informations pourtant utiles, telles que les ingrès, ou les dates du cycle lunaire et des éclipses. Mais, comme on dit, « à la perfection nul n’est tenu ». MM

DISCEPOLO Ciro e ROSSETTI Andrea, Astro & geografia, Blue Diamond Publisher, 1996.
IS37 ++

L’Astro*Carto*Graphie est une méthode pratiquée depuis plusieurs années, conçue et appliquée par Yves Christiaen dès 1953 et popularisée par Jim Lewis dans les années 70. Son usage est cependant resté pendant longtemps le privilège de quelques uns, qui n’avaient pas peur d’effectuer manuellement les calculs nécessaires. Depuis, il existe quelques logiciels destinés à simplifier la vie des praticiens. Ciro Discepolo est l’auteur d’un d’entre eux, conçu en collaboration avec Luigi Miele. Dès lors, ce manuel propose les éléments fondamentaux pour une lecture de la carte Astro*Carto*Graphique : explication des angularités et des croisements planétaires, avec de nombreux exemples venant appuyer la méthode. La littérature dans ce domaine étant encore très pauvre, on ne peut que saluer l’effort de divulgation des auteurs. MM

DISCEPOLO Ciro, Astrologia attiva, Edizioni Mediterranee, 1998.
IS45 +++

Davantage que dans son Breve guida alla consultazione astrologica, l’auteur développe ici ses conceptions en matière de Révolution Solaire dirigée, ainsi que l’impact des transits et, surtout, comment utiliser ces deux techniques pour « gouverner » les astres et non se laisser guider par eux. Partant des transits de Mars jusqu’à Pluton, on se demande pourquoi ceux de Jupiter sont passés sous silence, mais l’honnêteté intellectuelle dont fait preuve Ciro Discepolo – n’hésitant pas à mentionner ses échecs – est tout à son honneur. Un excellent un ouvrage pour quiconque, comprenant l’italien, veut s’initier à une technique (les RS dirigées) qui mérite l’attention de tout praticien. MM

DISCEPOLO Ciro, Breve guida alla consultazione astrologica, Edizioni Ricerca’90, 1998.
IS45 ++

Malheureusement non disponible à la vente, mais uniquement « offert à des amis, connaissances et consultants », ce petit livret est un condensé d’astrologie qui commence par une série de questions-réponses des plus intéressantes (du genre : comment répondre au fait que selon le Nouveau Catéchisme la consultation d’un astrologue est un péché ?). L’auteur y développe ensuite un de ses fers de lance, le changement de lieu lors des Révolutions Solaires pour optimiser leurs effets. Un résumé aussi efficace que concis. MM

DISCEPOLO Ciro, Circa 200 oroscopi di VIP dello spettacolo, Blue Diamond Publisher.
IS46 ++

Beaucoup de personnalités italiennes, mais pas seulement, composent cette compilation utile à tous les chercheurs et passionnés du monde du spectacle. Toutes les données proviennent des archives de Grazia Bordoni, une garantie de sérieux indispensable. Seuls regrets : les sources (état civil, renseignement personnel, etc.) ne sont pas précisées et aucune note biographique n’accompagne les cartes du ciel. MM

DISCEPOLO CIRO, Esercizi sulle Rivoluzioni Solari Mirate, Blue Diamond Publisher, 1996.
IS35 ++

Depuis des années, l’auteur – connu pour sa rigueur scientifique – étudie et met en œuvre une technique particulière : les Révolutions Solaires Orientées. De quoi s’agit-il ? Les adeptes de la RS savent bien que, forcément, celle-ci n’est pas toujours favorable. Comment dès lors conjurer le sort ? La réponse de Ciro Discepolo est simple, bien qu’elle puisse s’avérer coûteuse : allez passer votre anniversaire ailleurs, là où les angles du thème sont mieux disposés et où les planètes se situent en des Maisons plus favorables. Cela peut vous mener très loin, des îles Hawaï (extrême Ouest) à Vanuatu (extrême Est), jusqu’aux endroits les plus improbables et méconnus.
L’ouvrage regroupe uniquement des cas pratiques, illustrés par le thème natal, la RS de base et la RSO proposée par l’astrologue à ses clients. Mis à part quelques exceptions – que l’auteur justifie par des heures de naissance inexactes –, tous les cas exposés eurent un dénouement positif, ce qui est encourageant. Cependant, comment savoir a contrario les effets qu’aurait produit la RS de base ?
Si les praticiens de la RS trouveront ici matière à réflexion, les autres peuvent toujours essayer de chercher des sponsors auprès des agences de voyage ! MM

DISCEPOLO Ciro, Nuovo Dizionario di Astrologia, par Ciro Discepolo, 1996.
IS38 ++

Le désormais classique Dictionnaire Astrologique de Henri-J. Gouchon fut traduit en italien il y a plusieurs années, sur une proposition de Ciro Discepolo. Celui-ci, constatant l’évolution rapide de notre société et donc aussi l’astrologie, a pensé à juste titre qu’un nouveau dictionnaire, introduisant des termes tels que « ordinateur », « Astro*Carto*Graphie », « Révolution Solaire Orientée » et « SIDA », serait utile.
L’ouvrage, plus condensé que celui de son prédécesseur, présente l’avantage d’être illustré par de nombreux thèmes d’exemples. Naturellement, il souffre de certaines lacunes et de quelques généralisations typiques (et inévitables) à une telle entreprise, qui ne peut couvrir de manière exhaustive toutes les voix citées. C’est de toute façon un bel effort, qui mérite le détour de tous ceux qui comprennent l’italien. MM

DISCEPOLO Ciro, Piccola guida all’astrologia, Ed. Armenia-ECO, 1998.
IS45 ++

Un manuel d’astrologie comme il en existe tant d’autres ? Non. L’auteur nous propose ici le pendant italien du « Traité pratique d’Astrologie » d’André Barbault, en version plus condensée. Souhaitons qu’il devienne une référence pour les étudiants transalpins. Il le mérite d’autant plus que, loin des discours complaisants et verbeux qui abondent de nos jours dans la littérature astrologique, l’auteur va droit à l’essentiel. MM

DISCEPOLO Ciro, Transiti e Rivoluzioni Solari – Un sistema nuovo per due metodi antichi, Ed. Armenia.
IS46 ++++

Mais comment diable fait-il ? Non content de diriger une revue d’excellente facture (Ricerca ‘90), d’être le créateur d’un logiciel d’astrologie (Astral), d’organiser un colloque annuel à Vico Equense, Ciro Discepolo nous étonne par le nombre d’ouvrages qu’il produit. Qui plus est, cette accumulation quantitative n’est pas au détriment de la valeur qualitative, que du contraire. De quoi donner mauvaise conscience à la plupart de ses confrères ! Heureusement, sa gentillesse et sa sympathie excluent tout sentiment de ce genre à son égard.
Bien que l’auteur se défende d’avoir produit une Bible, on peut légitimement parler de Somme astrologique relative aux transits et aux Révolutions Solaires. Chercheur infatigable, il nous offre généreusement ses connaissances qui – le fait mérite d’être souligné – ne sont pas issues de pures spéculations ou de théories plus ou moins fumeuses, mais de sa pratique et de sa longue expérience – cent cas de personnalités (pour la plupart italiennes) venant compléter ce tour de force. Jugez-en : rien qu’en matière de RS orientées, il a envoyé quelques 10.000 personnes fêter leur anniversaire dans des endroits précis ! Le résultat – quelques 500 pages – dépasse largement les espérances de tous ceux qui sont convaincus que l’astrologie est avant tout l’affaire d’artisans – ces artistes voués à la pratique. Et tant pis pour tous les psycholo-gisants ! MM

DIVERS, Cahiers d’astrologie 1, Ed du Rocher.

Ni queue ni tête, aucun suivi, mais un bric-à-brac mixé avec des articles n’ayant rien à voir les uns avec les autres.
Heureusement, trois excellents chapitres :
LERNOUT Nicole, « Approche systémique dans la consultation astrologique et thérapeutique ». +++
Prolongement détaillé de son brillant séminaire animé par notre section « Astrosophique » en janvier dernier. Ici, notre compatriote vous en dit plus sur « l’évaluation dans le temps : quel impact dans une consultation astrologique ? », etc. C’est formidable !
SAN MIGUEL DE PABLOS José Luis, « Vers une théorie de l’Astrologie ». +++
Où comment l’auteur s’interroge sur les caractéristiques de la scission lointaine qui affecta – et affecte encore – les bases profondes de notre culture. Où il ne semble pas apprécier les mathématiques… En reconnaissant que la démarche principale de l’astrologie consiste à « mathématiser » les mythes, ces expressions de l’inconscient… Excellent !
PAPARATTI Danielle Flamant, « Un zodiaque génétique : Psycho-astrologie de l’enfant et de l’adolescent ». +++
L’auteur ouvre une voie des plus intéressantes, qu’il lui faudrait développer plus avant dans un ouvrage consistant, tant le sujet présenté mérite plus de détails et devrait faire l’objet d’une parution. De belles idées à retenir. JB

DUCROCQ Albert, L’Eclipse, Ed. du Rocher.
IS47 +++

Ce livre est remarquablement bien fait et devrait figurer dans toutes les bibliothèques, scientifique, mais d’un accès plus que simple, il en apprendra beaucoup à toutes personnes soucieuses d’en savoir plus sur le sujet. JB

DUPEYRON Georges, Prévoir le temps et les séismes par l’astrologie, Ed. CEDRA-Astralis, 1995.
IS34 +++

Fidèles à leur ligne de conduite, les Editions Cédra-Astralis publient des ouvrages rares qui les rendent d’autant plus précieux qu’ils se révèlent indispensables aux praticiens comme aux étudiants.
Il n’existe pratiquement rien sur un tel sujet, sauf un petit fascicule sous la plume de André Barbault, paru en 1945, chez Niclaus, sous le titre Astrologie Météorologique – Contribution à l’astrologie agricole, et un autre, particulièrement décevant, de J. Lippens, Astrométéorologie, aux Ed. Des Cahiers Astrologiques en 1952.
Georges Dupeyron est un astrologue particulièrement attaché à la Tradition, mais qui se soucie de l’appliquer dans son contexte actuel. Le verbe chaleureux, tout en rondeurs, comme son accent chaud du sud-ouest, l’homme nous livre ici des années de travail et des recherches étoffées basées sur une observation constante des diverses colères des éléments provocateurs de séismes un peu partout dans le monde.
L’auteur vous enseigne comment interpréter les ingrès saisonniers, les phases lunaires et les périgées, etc. Suit une liste complète des principaux séismes à laquelle s’ajoutent de nombreux exemples clairement détaillés. Quant à la maîtrise de l’auteur, que dire, si ce n’est que c’est du Grand Art.
Selon moi, ce livre doit figurer dans toutes les bibliothèques. JB

EDIS Freda, The God Between – A Study of Astrological Mercury, Arkana Penguin Books, 1995.
IS35 ++

Après un ouvrage sur Vénus, voici que cette excellente maison d’édition propose une étude sur Mercure dans laquelle vous trouverez tout ce que vous avez toujours voulu savoir (sans jamais oser le demander ?) sur son histoire, sa psychologie et sa mythologie (1ère partie), ses aspects et ses positions en signes et en Maisons (2ème partie). Enfin, les études de cas (3ème partie) sont suivies par une abondante bibliographie.
Cet ouvrage comble agréablement une lacune dans la littérature astrologique. MM

FALLON Astrid & VANDER LINDEN André, The Précise Planetary Phenomena 1900-2050 Ephemeris ans Graphs, Fallon Astro Graphics, 2005.
IS52 ++++

Astrid Fallon, première Présidente de la FAB, a déjà une très belle et extrêmement utile production derrière elle, à commencer par cet outil d’une valeur inestimable que sont les Ephémérides graphiques et prévisionnelles 1920-2040 (Editions du Rocher, 1998) et les très détaillés Cycles et calculs astrologiques (Editions du Rocher, 1998), sans oublier diverses publications annuelles dont nous espérons vous parler bientôt. Quant à André Vander Linden, tout le monde sait (ou devrait savoir !) qu’il est le concepteur de l’excellent logiciel Zodiac. Astrid et André se sont donc associés pour nous proposer ces PPP qui comprennent une véritable masse d’informations techniques sur pas moins de 150 années. On trouve ainsi, outre les aspects au jour le jour et à la minute près, en longitude et en déclinaison, des tableaux traçant les évolutions planétaires (également en longitude et en déclinaison), ainsi que les périodes d’influence des aspects entre planètes lentes, les dates et heures des ingrès et des stations planétaires, sans oublier – entre autres informations – les postions héliocentriques. A noter que, pour ce qui est de l’astrologie géocentrique, Cérès et Chiron sont également repris. Le seul regret que l’on puisse formuler c’est que les textes sont en anglais mais, pour le reste, c’est un vrai travail de pro : la précision des calculs n’a d’égal que la beauté des graphiques. Disponible en version imprimée (par tranches de dix ans) et en version CD-Rom (complets). MM

FALLON Astrid, Cycles et calculs astrologiques – Aide-mémoire pour l’étudiant et le praticien de l’astrologie, Ed. du Rocher.
IS43 ++

Outil par excellence d’application comme de référence, ce livre se doit de trouver sa place dans toutes les bibliothèques, au même titre que des éphémérides ou les tables des maisons. Pour tout savoir sur le mécanisme du ciel, comment apprendre – en un tour de main – à monter un thème astral, à quoi correspondent les cycles, trouver le profil des dominantes, la synthèse des aptitudes, la synastrie ou la comparaison de thèmes – méthode traditionnelle et moderne, le tableau des transits sur la vie, etc. Tout s’y trouve et plus encore. C’est excellent ! JB

FALLON Astrid, Ephémérides graphiques et prévisionnelles 1920 – 2040, Ed. du Rocher.
IS42 ++++

Outil remarquable autant qu’utile que cet ouvrage représentant une aide quotidienne pour l’astrologue. A ceux qui m’ont dit « Je l’ai déjà », j’insiste sur les nouveautés suivantes : 1- la période s’étale de 1920 à 2040 (avant = 1960-2020), soit 60 années supplémentaires ; 2- sur la page de droite, en bas du tableau, les dates – dans les mois – des conjonctions ; 3- pour chaque année les configurations des aspects collectifs ou comment voir instantanément leur force d’influence dans un thème natal. Aussi, les cycles planétaires au travers des âges... et encore bien d’autres choses d’un indiscutable intérêt. Pour vous faciliter la vie, pour gagner un temps précieux, cet ouvrage – aux graphismes ravissants – sera, à n’en pas douter, votre fidèle compère. Félicitons Astrid Fallon, membre fondateur et longtemps la présidente de notre fédération, pour ce magnifique instrument journalier bilingue français-anglais. A compulser journellement impérativement. JB

FALLON Astrid, Éphémérides prévisionnelles 1960-2020 — Notions d’astronomie et de cosmographie & Précis d’interprétation des cycles planétaires, Edité par l’auteur.
IS29 +++

Il s’agit maintenant de la version « livre » (et non plus en format A4) de ce que je considère « comme un outil de travail indispensable, chaudement conseillé et qui mérite d’être diffusé dans tous les pays de langue française, car il permet de gagner un temps précieux. » Je persiste et signe. JB

FALLON Astrid, Planetary cycles at a glance, Fallon Astro Graphics, 2001.
IS52 ++++

L’utilisation des cycles planétaires est extrêmement importante en astrologie tant généthliaque que mondiale et cette brochure mérite de ne pas passer inaperçue car Astrid Fallon propose ici un outil très intéressant, destiné à faciliter la vie des praticiens qui n’auront plus besoin de faire de longues recherches pour suivre les ballets planétaires, qu’il s’agisse de cycles simples ou composés. On ne peut que s’émerveiller devant les figures tellement harmoniques que tracent dans le zodiaque les successions des conjonctions entre planètes lentes, figures qui sont d’ailleurs exaltées par l’aspect esthétique qui distingue toutes les productions de l’auteur : c’est vraiment l’harmonie des sphères ! Outre les cycles « classiques », le lecteur trouvera d’autres informations très utiles, dont les aphélies, les périhélies et les nœuds planétaires au 1er janvier 2000, les âges auxquels se produisent les cycles existentiels importants, sans oublier un des domaines de recherche privilégiés par l’auteur, les déclinaisons. Chapeau bas. MM

FUZEAU-BRAESCH et DELBOY Hervé, Comment démontrer l’astrologie, Ed. Albin Michel.
IS46 ++

Toujours attachée aux statistiques, rien ne change sous le regard de la scientifique, spécialiste des insectes à la retraite. Plus intéressante est la partie consacrée aux transits sous la houlette de Hervé Delboy. Rien que pour cette tranche de l’ouvrage, je vous le recommande vivement. JB

GALE DREYER Ronnie, Vedic Astrology – A guide to the Fontamentals of Jyotish, Editions Samuel Weiser.
IS41 +++

Ce livre, très complet, enchantera les amateurs de cette technique ancestrale. Notre littérature est pauvre en la matière et, une fois de plus, seuls les américains éditent régulièrement ce genre d’ouvrages. Celui-ci est d’une rare qualité qui aidera aussi bien les débutants que les confirmés. JB

GALE DREYER Ronnie, Venus – The Evolution of the Goddess and Her Planet, Editions Aquarian, 1994.
IS31 ++

Amplement documenté, cet ouvrage est divisé en deux parties : la première retrace l’histoire de la déesse Vénus depuis ses sources paléolithiques jusqu’à la Renaissance ; la deuxième, plus classique, est consacrée à l’analyse de la planète dans le thème. Malgré le fait que l’auteur accrédite le stéréotype courant attribuant l’amour à Vénus (planète des sentiments), cet ouvrage mérite sans aucun doute de figurer dans vos bibliothèques, au rayon « monographies ». MM

GAREL Marielle et André, Scorpion dans tous ses états – Ou synchronicités et astrologie autour de François Mitterrand, Ed. Traditionnelles.
IS39 ++++

Une approche étonnante, une œuvre vraiment originale que cet ouvrage de deux psychothérapeutes de formation jungienne, élèves de Claire Santagostini, une bien belle référence. Traitant du phénomène de synchronicité, les auteurs démontrent comment certains de leurs patients et consultants témoignent de l’impact qu’a provoqué sur eux, par le jeu d’un archétype peu ordinaire, la vie et la mort de François Mitterrand. Unique dans son genre, ce livre permet de se libérer de ses complexes pour, enfin, devenir soi-même. Et, pour citer André Barbault (in « L’Astrologue » n°117) : « … L’on y voit à l’œuvre le jeu des interférences de la vie psychique tissé par le langage analogique et l’on est au cœur du symbolisme ». A lire et à étudier, absolument. JB

GAUTHIER Pierre, Comment interpréter les oppositions, Editions De Vecchi, 1995.
IS31 +

L’auteur, appartenant à la génération de Pluton en Vierge, décortique ici les oppositions sous toutes leurs coutures. Dans la lignée d’Arroyo, Greene, Forrest, Rudhyar, Jung, Hand & Tracy, cet ouvrage est clair, logique, didactique, pertinent, sérieux, psychologique et spirituel… A consulter pour ses interprétations, qui vont dans le sens d’un développement personnel adoucissant les relations conflictuelles engendrées par les oppositions, confrontations de forces complémentaires. Des trucs pour vivre heureux malgré elles ou, mieux encore, pour en tirer parti et les transformer en équilibre heureux. AF

GENTILE Suzie, Astro Enfant – Connaissez votre enfant par son signe astral, Ed. Marabout.
IS29 ++

Suzie Gentile dirige depuis plus de dix ans, et avec brio, L’École d’Astrologie de Marseille. Psychologue de formation, cela fait bien longtemps – dans sa pratique quotidienne – qu’elle se consacre aux enfants ; un moment qu’elle considère majeur pour le développement de l’existence et qu’elle maîtrise brillamment. Ses dossiers en la matière sont de plus ravissants. Suzie est depuis bientôt deux ans à son tour la maman d’une ravissante petite Caroline, à laquelle elle dédie son livre. Son ouvrage, s’il s’adresse à tout le monde, intéressera l’astrologue qui y trouvera, lui aussi, des conseils pertinents. C’est également une idée de cadeau agréable et très accessible pour l’entourage et les amis. JB

GIANI Patrick, Astrologie du Nouvel-Age – Positivez vos carrés planétaires pour réussir, Ed. De Vecchi Poche, 1995.
IS34 +

Ce petit ouvrage de poche traite essentiellement des aspects de carré en transit. L’auteur analyse l’effet des transits des lentes, de Jupiter à Pluton, lorsqu’elles évoluent en carré à une planète natale. Pour chaque cas, il aborde l’aspect sur le plan psychologique, physiologique, événementiel et spirituel. Le tout dans une démarche positive et évolutive, car si le carré nous remet en question, il nous défie aussi d’aller plus loin ! Il nous incite à nous dépasser et à opérer les transformations nécessaires pour faire face aux aléas changeants de la vie. Ne vous privez donc pas de cet ouvrage de réflexion qui, pour un prix très léger (184FB), sera aussi léger dans votre sac à main ! AF

GIANI Patrick, L’Astrologie karmique – Principes de base et pratique, Éd. De Vecchi.
IS53 -

En dehors de tout jugement personnel sur la notion de karma que certains astrologues se sont appropriés, allant chercher une quelconque dette dans des vies antérieures soi-disant décelables dans le thème natal, il faut accorder à l’auteur un verbe passablement fluide. Ce n’est de toute façon pas la notion de réincarnation qui gène, mais le fait que sur base d’un thème natal, on nous tartine sur d’improbables indications concernant nos vies antérieures. Cela vaut d’autant plus dans ce cas que l’on doit se farcir des réflexions au ras des pâquerettes sur la culture judéo-chrétienne, du genre : « si t’es gentil, tu vas au Paradis, si t’es méchant tu vas en Enfer. Avec un lot de consolation tout de même : si t’es gentil mais que tu as été parfois méchant, tu vas au Purgatoire. » Ou, plus prosaïquement : « pourquoi untel a-t-il de la chance en amour et un autre de la malchance en affaires ? » Ben tiens : c’est que l’un a été gentil dans sa vie antérieure et l’autre pas !
Par ailleurs, on découvre dans cet ouvrage une définition de l’astrologie karmique pour le moins surprenante : « l’Astrologie karmique repose sur la connaissance des lois du monde non visible et sur l’étude des indices karmiques du thème. » Suivez mon regard…
Soulignons enfin que, contrairement à ce que l’auteur prétend, le mot inné ne signifie pas « avant la naissance » mais « né en » (in-natum), c’est-à-dire « avec telle ou telle caractéristique ». Sans doute, dans une de ses vies antérieures, était-il un piètre latiniste… MM

GONZALEZ Laurence, L’Orientation professionnelle et le recrutement par l’astrologie, Editions Bussière.
IS43 ++

Un ouvrage riche et dense, bien enlevé et particulièrement instructif. Peu de livres traitent de ce sujet, objet courant des interrogations de nombreux consultants. C’est un apport appréciable aux étudiants comme aux confirmés d’Uranie. A étudier et à appliquer sérieusement. JB

GONZALEZ Laurence, La Prévision médicale par l’astrologie – Méthode de connaissance et de prévention des maladies, Ed. Bussière.
IS37 +++

Quel sujet difficile à traiter que celui qui touche à l’astrologie médicale. D’autant plus ardu qu’il ne permet aucune confusion, qu’il interdit l’erreur. Faut-il rappeler ici que les traitements de la maladie par l’astrologie sont du seul ressort des médecins. Cependant, rien ne peut empêcher le chevronné ou l’étudiant de vouloir en savoir plus en la matière et, concernant ce livre, il faut insister sur son côté didactique, prudent et très clairement explicite. Jusqu’ici, les ouvrages de référence étaient tous en anglais ou en allemand (qu’on me pardonne mais, à part un ou deux auteurs, c’est mon intime conviction). D’où, envers celui-ci, mon enthousiasme à vous le recommander et à vous encourager à l’étudier, car c’est vraiment de très grande qualité. JB

GOUIRAN Robert et MERCIER Francine, L’Astrologie des trajectoires de vie, Ed. du Rocher.
IS43 +++

Du travail de deux professionnels régulièrement confrontés à la consultation. Cette version largement augmentée de L’Astrologie face au réel (Ed. SAR), depuis longtemps épuisé, doit être étudiée et compulsée fréquemment tant elle est riche d’enseignements. Tout y passe : motivations, interprétation, phases de la Lune, directions, transits, maladies, orientation, relations. Ici, pas de faux semblants mais du concret : le thème de naissance annonce le programme d’une existence. Les circonstances vont s’animer pour que s’exécutent les trajectoires annoncées. Ce livre montre aussi l’importance capitale de l’« autre » dans le jeu des destins partagés. Excellent ! JB

GOUIRAN Robert et MERCIER Francine, L’Astrologie questionnaire – Réponses à des questions, Éditions SAR, 1994.
IS29 +++

Voilà un ouvrage comme on en voudrait beaucoup : précis, concis et, surtout, directement rattaché à la pratique de l’astrologue, avec des exemples à l’appui. Le ton est également exemplaire de finesse et d’intelligence du cœur comme de l’esprit. Les auteurs ne sont pas des inconnus de nos membres : en mai 1993, ils avaient en effet présenté un séminaire Astrosophia particulièrement remarquable sur les techniques de la consultation, suivi par la publication d’un ouvrage sur ce même thème (L’Astrologie face au réel, Ed. SAR, 1993 ++++).
Si, même parmi les astrologues, beaucoup se demandent quelle est la valeur prédictive de l’astrologie, ce livre va en tout cas au-delà de la sempiternelle analyse de la personnalité. Vos consultants et amis vous appellent avec des questions très précises ? Achetez-le rapidement et vous apprendrez à en épater plus d’un ! MM

GRANGER Philippe, Astrologie psychanalytique – Séminaire 1 : Le zodiaque, Ed. du Rocher, 1996.
IS34 ++

Avec Philippe Granger, nous entrons dans d’autres sphères, puisque ce livre se veut un pont entre la psychanalyse et le symbolisme de l’astrologie. Dans ce zodiaque évolutif, la perspective freudienne de l’évolution psychodynamique trouve une nouvelle envolée.
Le texte semblera probablement difficile d’un premier abord pour qui ignore la pensée psychanalytique, mais de toute façon l’ouvrage – par son approche originale – mérite une pause d’intérêt.
Ce livre est le premier de la série complète des textes laissés par un être – Bélier ascendant Verseau – trop vite parti, et qui avait probablement encore beaucoup de choses à dire. De lui, je garde l’image d’un homme à l’esprit aussi sensible que raffiné. Nul doute que l’ensemble de ses écrits représente pour les astrologues un réel enrichissement. A suivre donc, dont une étonnante « Lune Noire ». JB

GRANGER Philippe, La Lune Noire et les destins de Vénus – Astrologie psychanalytique – séminaires 2 & 3, Ed. du Rocher.
IS42 ++

Dans ce livre, l’auteur, trop tôt disparu, offre une lecture tout en finesse et très enrichissante à propos du second foyer de l’orbite lunaire et de la planète du désir qu’est Vénus. Traitées séparément, tant au point de vue psychanalytique, que psychologique et psycho-génétique, qu’en aspects aux planètes, de nombreux exemples de personnalités connues illustrent ce livre. Vous ne devriez tenir compte que des interprétations qu’en donne l’auteur, sans trop vous attarder aux positions de ladite Lune Noire.
En effet, prenons l’exemple de la figure 22 concernant Vincent van Gogh : la Lune Noire présentée par P.G. se place à 21°50 en Taureau, alors que la position corrigée proposée par Francis Santoni (et qui semble la plus probante parmi différents calculs proposés) se trouve à 25°16R en Bélier en conjonction partile avec Mercure à 25°36 du même signe.
L’usage de telle ou telle éphéméride de la Lune Noire est avant tout une question de choix personnel, mais 24° d’écart d’une position à l’autre c’est presque, ne l’oublions pas, un signe. Il convient donc de se mettre d’accord quant au système de calcul à adopter. Et puis, comme elle est aussi noire qu’invisible, ceci explique peut-être cela ? JB

GREENE Liz et SASPORTAS Howard, Astrologie : Les luminaires, Ed. du Rocher, 1996.
IS36 +++

Sur le ton d’entretiens interactifs lors de séminaires, cet ouvrage appartient à ce qu’il convient d’appeler l’astrologie avant-gardiste. On y trouve de tout, même de l’humour, ce qui ajoute à cette lecture. Pourtant, la prise directe des mots prononcés devant un public laisse souvent pantois. En effet, certaines questions et leurs réponses sont pour le moins curieuses, évasives, quand elles ne sont pas vides de sens. Cependant, l’ensemble est bien enlevé et apportera beaucoup aux nombreux amateurs de ce genre d’astrologie, mais qui, dans le cas présent, n’apprend strictement rien en matière d’application pratique. De nombreux exemples illustrent cet ouvrage qui se lit facilement, presque comme un roman. JB

GREENE Liz et SASPORTAS Howard, Les Planètes intérieures, Ed. du Rocher.
IS42 ++

Cet ouvrage est dans la même lignée que Dynamiques de l’inconscient, Les Luminaires, parus chez le même éditeur. Ils restent fidèles à l’enregistrement de leurs séminaires, reproduit ensuite avec l’alternance des auteurs aux questions-réponses des participants. C’est un genre qu’on aime ou qu’on n’aime pas. Ce livre se parcourt plus qu’il ne se lit. C’est bougrement psychologique et souvent longuet, mais les intrusions mythologiques sont intéressantes. Les thèmes d’exemples proviennent de la collection privée des auteurs, à quoi s’ajoutent les sempiternels Charles et Diana, p.301, à propos de Vénus et Mars en synastrie. JB

GREENE Liz, Planètes extérieures et cycles collectifs, Ed. du Rocher.
IS45 +++

Georges Antarès considérait ce livre comme exemplaire, lors de sa parution chez CRCS Publications, en 1983, sous le titre The Outer Planets and Their Cycles – The Astrology of the Collective. Il formulait l’espoir de le voir, un jour, traduit en français ; c’est chose faite après 15 ans ! Ces 7 conférences, dans la ligne de la mode anglo-saxonne qui consiste à réunir dans un ouvrage les interpellations des participants aux conférences et séminaires, sont en effet un régal pour les lecteurs. Aussi fine qu’intelligente, cette psychologue analytique jungienne, qui pratique aussi l’astrologie, livre de belles réflexions qui valent vraiment le détour. JB

GUIRAUD François, Les Révolutions Solaires & Lunaires, Ed. Du Rocher.
IS44 -

Et dire que l’auteur se veut clair ! Un vrai capharnaüm : passant du zodiaque tropical au sidéral, les confusions abondent. Et pourquoi parler de transits sur une révolution… de simples transits n’y suffisent-ils pas ? Et que dire de la mouvance des systèmes de domification, tantôt l’un tantôt d’autres. Pour un même thème et une année déterminée, les calculs sont établis pour le lieu de naissance et le lieu d’anniversaire. Un chat n’y retrouverait pas ses jeunes. Espérons que lui s’y retrouve... JB

GUIRAUD François, Symbolisme et interprétation des Nœuds Lunaires – Les mystères du Dragon, Ed. du Rocher, 1997.
IS39 -

Les Nœuds lunaires font partie de ces domaines de l’astrologie encore mal connus et mal compris. Mis à part quelques ouvrages, les publications à ce sujet sont plutôt rares et l’on pouvait donc espérer se réjouir avec celle-ci. Hélas, on est bien obligé de déchanter : le lecteur, submergé par de savantes considérations mystico-philosophiques, emporté par de successifs refrains karmiques (et dire qu’en 1996 la kar-macarena nous a tellement bassiné les oreilles !), à quoi s’ajoute un zeste de Lune noire (rien à voir avec le citron vert…), ne trouvera ici pas un seul élément lui permettant d’affronter concrètement l’interprétation. Et ce, malgré plusieurs thèmes d’exemples qui, pour l’explication qu’en donne l’auteur, n’ont nullement besoin de l’intervention des Nœuds. Il est d’ailleurs regrettable que la plupart des références quant aux sources ne figurent pas, ce qui jette le doute sur l’authenticité de certains thèmes, et pour cause : celui de Omar Sharif, par exemple, est faux (dommage pour l’interprétation qui perd dès lors toute valeur), comme celui de Jacques Brel. Outre des phrases on ne peut plus fumeuses, du genre « le Nœud Sud de la Lune correspond au sommeil de l’énergie cosmique primordiale en nous, et représente son abri à l’intérieur de notre corps », vous trouverez dans ce livre un véritable scoop : « (L’Apôtre) Paul lui-même (était) fortement marqué par les Nœuds Lunaires – le Nœud Sud, vraisemblablement ». Pour ma part, et sans avoir dressé son thème, je peux vous assurer que Gordias, le roi de Phrygie, était lui aussi fortement marqué par un Nœud, bien évidemment gordien… MM

HARVEY Charles, CAMPION Nicholas, BAIGENT Michael, L’astrologie mondiale, Editions du Rocher.
IS30 ++++

Saluons chaleureusement la publication en français d’une recherche majeure de nos confrères britanniques, dont la version originale en anglais avait déjà été largement signalée dans nos colonnes. Grâce à l’insistance de Bernard Crozier et au travail minutieux de Charles Ridoux, le traducteur (qu’ils soient tous deux particulièrement remerciés), plus aucun astrologue de langue française ne pourra se dispenser de posséder ce magnifique ouvrage, sous prétexte qu’il ne comprend pas la merveilleuse langue de Shakespeare. MM

HERSCHEL James, A History of Horoscopic Astrology – From the Babylonian Period to the Modern Age, Ed. AFA, 1996.
IS37 +++

En matière d’histoire de l’astrologie, il n’existait jusqu’à présent qu’un seul ouvrage de référence, celui de Wilhelm Knappich (Histoire de l’Astrologie, Ed. Vernal – Philippe Lebaud), paru il y a déjà 30 ans en allemand et traduit en français en 1986. C’est dire si – malgré les qualités de cette référence – il y avait une lacune en la matière. Celle-ci vient d’être comblée, du moins en langue anglaise, par un ouvrage destiné à faire date. Si la partie consacrée à l’astrologie babylonienne est un peu courte – ce qui s’explique par le fait que l’ouvrage est consacré à l’astrologie horoscopique, dont les Grecs furent les véritables initiateurs – les autres (consacrées aux astrologies grecque, médiévale, moderne et contemporaine) sont abondamment développées, essentiellement par auteurs. Concernant la partie sur l’astrologie contemporaine, s’il était bien évidemment impossible à l’auteur de citer tout le monde, regrettons cependant l’absence (pour la Belgique) de Louis Horicks et Henriette Michaux, dont le Traité Pratique d’Astrologie Mondiale reste une référence absolue. Egalement, une liste (avec adresses) des principales associations et groupements de par le monde aurait été la bienvenue. Malgré cela, comme toujours chez nos confrères anglophones, l’ouvrage est particulièrement clair – chaque chapitre étant complété par un résumé des points saillants à retenir – et complet (notamment eu égard aux références et à la bibliographie – mais pourquoi donc sont-ce quasiment les seuls à citer systématiquement leurs sources ?). Quelques remarques relatives à différents sujets auxquels est confrontée l’astrologie contemporaine complètent cet excellent livre. MM

HIRSIG Huguette, Les 20 premières années du 21e siècle – L’étrange commencement d’un millénaire, Ed. de Mortagne, 1996.
IS34 +++

Fidèle à son habitude, l’auteur, d’origine suisse devenue canadienne, continue sur sa lancée des « prévisions astrologiques mondiales ». Après L’étrange fin du XXe siècle, Les années cruciales 1988/1994 et Prévisions astrologiques mondiales jusqu’en l’an 2000 – une analyse mois par mois, cette grande Dame des étoiles aborde avec courage les vingt premières années du prochain millénaire.
Tout d’abord, le XXIe siècle commence le 1er janvier 2001 à 0h TU, même si elle fait démarrer celui-ci avec un peu de recul, au 28 mai 2000 lors de la conjonction Jupiter-Saturne qui restera active jusqu’en 2020. C’est qu’avec raison, d’ailleurs, que Madame Hirsig souligne combien nos régions sont bercées aux rythmes de ces deux planètes. Ensuite, toujours avec entendement, elle aborde l’éclipse solaire du 25 décembre 2000 et l’éclipse lunaire du 9 janvier 2001 qui encadrent le nouvel an 2001. Suivent des analyses générales de climats internationaux jusqu’en 2020, année de la conjonction Saturne-Pluton se formant le 12 janvier.
L’autre moitié du livre aborde les prévisions générales, pour vingt ans, pour les grandes régions du globe et les principaux pays : l’Amérique du Nord, la construction de l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique Centrale et du Sud, l’Australie, le Proche et le Moyen-Orient.
Huguette Hirsig – née à Lausanne le 18 janvier 1922 à 12h15 avec un Ascendant en Taureau et bien décidée à se reposer – nous dit qu’il s’agit là de son dernier ouvrage. En dehors de l’astrologie mondiale, rappelons quelques titres, dont certains remarquables : ++++ Prévoir par l’Astrologie – Transits planétaires, Lunaisons, éclipses, Ed. de Mortagne ; +++ L’Astro Psychologie – les cycles planétaires dans la vie humaine, Ed. Marabout ; +++ Astrologie Homosexuelle, Ed. Yva Peyret ; ++ Traité d’Astrologie, Ed. Le jour ; ++ Votre vie amoureuse et les astres, Ed. Quebecor ; ++ Le sexe, les astres et Vous, Ed. Yva Peyret.
L’expérience de Huguette Hirsig repose sur l’étude individuelle de plus de 30.000 cas répertoriés tout au long de sa longue carrière professionnelle. D’elle, Louis Horicks et Georges Antarès disaient : « Huguette Hirsig est l’une des plus grandes astrologues de ce siècle ».
A n’en pas douter. JB

HITSCHLER Melchior K., Sources égyptiennes de l’astrologie et du christianisme, Editions La Maison de Vie.
IS30 +

« L’Astrologie ne fait pas concurrence à la religion, mais elle est son alliée ; elle contribue même et susciter la foi religieuse ». C’est sur cette idée que l’auteur se base en faisant référence à l’astrologie de l’Egypte ancienne et au symbolisme des degrés du zodiaque, sources de notre science astrale occidentale. Comment la physique moderne nous réconcilie avec le mysticisme, explication de l’influence des astres sur la vie terrestre, images symboliques et prévisions, fondements historiques chrétiens de la réincarnation sont parmi les sujets abordés. La notion de karma, resituée dans sa valeur positive, est débarrassée de sa dimension de « pêché » ; par ailleurs un chapitre est consacré à l’utilité de ne pas « vraiment » connaître ses incarnations antérieures. Un livre qui suscitera de nombreuses réflexions, même si l’on peut reprocher le manque de développement du thème annoncé dans le titre, à savoir l’origine égyptienne du Christ et de la religion chrétienne. AVL

HITSCHLER Melchior K., Sources égyptiennes de l’astrologie et du christianisme, Editions La Maison de Vie.
IS30 +

L’auteur est bien connu pour ses travaux intéressants sur la symbolique des degrés astrologiques qu’un récent mouvement tente de remettre à l’honneur à juste titre. Si l’on peut saluer le courage et la foi avec laquelle M. Hitschler essaie de réhabiliter l’astrologie aux yeux de la science (encore et encore...), il faut déplorer les moyens dont il se sert pour parvenir à ses fins. À vrai dire, le titre du livre est sans rapport aucun avec le contenu. Que l’on cherche à défendre l’astrologie contre la faune des scientistes, c’est louable ! Mais qu’on lui recherche une origine obscure en Egypte ancienne en se basant sur des sources douteuses, pour lui trouver un aboutissement ultime et suprême dans la pratique d’un christianisme rénové, c’est mélanger les points de repères et aplatir la perspective. Quand cessera-t-on de vouloir à tout prix justifier l’astrologie devant le tribunal de la science accentuant ainsi sa position de victime et d’accusée ? Quand cessera-t-on d’associer systématiquement l’astrologie à la religion (alors que ses fondements se trouvent dans le paganisme) ? La lecture de ce livre n’en est pas pour autant monotone puisque l’on voyage de la physique des quantas (remarquable résumé) à la vie de Jésus en Egypte, en passant par la réincarnation (et plus particulièrement celle de Morin de Villefranche actuellement réincarné sous les traits de l’auteur sur base d’étranges coïncidences, il faut bien l’admettre !). Si l’on peut accepter de classer ce livre dans le rayon « philosophie » de notre bibliothèque (mais oui !), que l’on y enlève au moins le mot astrologie. EP

HOUCK Richard, The Astrology of Death, Ed Groundswell’Press, Nataraj Books.
IS42 +++

Un excellent ouvrage (uniquement en anglais, malheureusement) paru il y a quelques mois et – semble-t-il – ovationné aux USA. Le sujet, fort élaboré, concerne « la mort et la longévité » selon l’astrologie hindoue et occidentale. L’auteur se réfère, outre les techniques bien connues, à un système de progressions peu utilisé dans notre pays : les Directions Tertiaires (de Edmund Herbert Troinski, Berlin 1951). Certains aspects de cet outil, car s’en est un, m’échappent encore car le seul programme informatique que je possède sur l’astrologie occidentale est « Andromède 2000 », qui ne me semble pas transcender par sa précision. Bref, après deux ou trois tentatives pour suivre l’auteur dans ses explications (avec les calculs de ce fameux programme), plutôt que de m’arracher ce qui fait mon charme auprès du sexe faible, j’ai décidé de refermer l’ouvrage. Je le reprendrai après avoir acheté un meilleur programme.
Ce livre ne se lit pas comme un roman, il demande d’être étudié et même épluché méticuleusement pour en profiter pleinement. Un point faible, le texte anglais est très intellectuel et le vocabulaire très large, ce qui ne facilite pas les choses. Bref, une excellente pratique de l’anglais s’avère indispensable, sous peine de ramer... CS

HYVRIER Sylviane, Astro-Economie, mode d’emploi – L’outil astrologique au service de l’économie et de la finance, Guy Trédaniel Editeur.
IS43 ++

Ce livre vient à point, alors que la Russie s’asphyxie et que l’économie japonaise s’effrite redoutablement, au point de représenter pour nombre d’experts une menace quasi planétaire, que le CAC 40 atteint des records, que Wall’Street continue sa grimpette et que le Bel 20 se porte au mieux, l’auteur ouvre une brèche permettant à chacun – par l’astrologie – de comprendre les mécanismes boursiers et financiers. Bon outil de perspectives, illustré par de nombreux thèmes et graphiques, cet ouvrage devrait éveiller la curiosité des candidats à cette branche trop délaissée et pourtant bien utile à qui apprend à bien s’en servir. JB

IBANEZ Raphaël, Cours d’interprétation – Mise en scène du thème astral, Ed. Du Rocher.
IS40 ++

Et bien ce n’est pas mal du tout. Bien enlevé, neuf, vraiment neuf, je me suis laissée conduire dans les coulisses de cette mise en scène bien réussie. On voyage dans les contes avec un détour par la psychologie jungienne, qui ici n’est ni pesante ni pelante. Cette belle imagination sera très utile aux personnes ayant des difficultés à mémoriser les archétypes planétaires. Il s’agit de bases enrichies par un auteur qui ne manque pas d’une créativité constructive très agréable. JB

IDEMON Richard, A travers le miroir, Ed. du Rocher.
IS47 ++

Le fondateur de la School of Astrological Studies, est pour la première fois traduit dans la langue de Voltaire. Dans la droite ligne des « séminaires enregistrés », chers aux anglo-saxons, cet ouvrage associe le symbolisme de l’astrologie et la psychologie jungienne. Tout un programme ! Cela vaut le détour. JB

JAY Danièle, Le Ciel en mouvement – Clé des jugements astrologiques, Ed. Sep Hermès, 2006.
IS51 ++++

Abordant un sujet réputé difficile avec un indéniable sens pédagogique, l’auteur réussit l’exploit de le rendre abordable. Il est vrai que, dans cet ouvrage, il est question de cosmographie et que les formules mathématiques ne manquent pas, mais il ne vous faudra pas longtemps pour surmonter vos réticences éventuelles tant le langage est clair et les explications limpides. De toute façon, pour retrouver la plénitude du savoir astrologique, son essence, où le sujet est forcément placé au centre de son monde, on ne peut se limiter à l’utilisation des positions en longitude. Comprendre ce que l’on entend par « sphère locale », les différentes coordonnées célestes (équatoriales et écliptiques), le mouvement diurne et bien d’autres notions pour en arriver à une utilisation plus judicieuse des outils astrologiques, voilà le défi relevé avec brio par Danièle Jay. Un ouvrage de référence, qui fait d’ores et déjà date. MM

JEANNOT Shanti, Pleins feux sur votre Ascendant – Vivre le cercle des maisons, Ed. Guy Trédaniel.
IS40 ++

Outre l’interprétation de chaque position possible de l’Ascendant, l’auteur s’attache à détailler les signes interceptés, dont peu de références existent parmi les Editions. C’est une bonne approche de la connaissance de soi, et quelques belles idées sont à retenir. Professeur de yoga, Shanti Jeannot, dont la plume est charmante, considère – après un long séjour en Inde, l’homme occidental au cœur de ses recherches. Enseignante, elle perçoit l’astrologie comme « un chemin de vie ». Joli, n’est-ce pas ! JB

JOURLIN Roger-Benoît, Le Cercle astrologique – Défense et illustration de l’Astrologie, Ed. Dervy.
IS41 +++

Ne pensez pas qu’il s’agit d’un manuel de plus, loin s’en faut. L’auteur entraîne le lecteur sur les voies multiples de l’art d’Uranie ; sans jamais porter de jugement il s’en tient aux faits. Parfaitement structuré, faisant référence aussi au Yi-King ou Livre des mutations, il propose quelques remarques intéressantes en matière de « Divergence entre Astrologie Occidentale et Karmique » et « La rétrogradation des planètes ». On ne manquera pas la neuvième partie relative à « l’Astrologie : un humanisme philosophique de la Liberté, où la méditation Zen côtoie plus loin la Kabbale. Bien construit l’ouvrage vaut vraiment le détour. JB

JULIUS Frits, Les Animaux dans le zodiaque, Les Trois Arches, 1991.
IS53 ++++

L’auteur Frits Julius (1902-1970) observe les animaux du zodiaque d’un œil de biologiste et d’anthroposophe qu’il était. Son approche m’a bien séduite, car ses observations sur la psychologie de la nature nous conduit sur des pistes tout à fait originales, inédites et pour notre bonheur, remplies de bon sens. Ne mâchant pas ses mots, son langage est clair, surprenant et même poétique. Mon seul regret est qu’après deux lectures savoureuses, toutes les pages se sont décollées de la reliure.
Notez que les éditions Triades annoncent deux parutions prochaines du même auteur – à suivre donc. AF

KLEA, Astrologie initiatique et pratique – Tome I : les planètes, Ed. Du Rocher.
IS51 +++

Cet ouvrage, dans la ligne de l’enseignement d’Alice Bailey, est vraiment bon et fort bien écrit. Certes, certaines maîtrises varient par rapport à l’astrologie traditionnelle : ainsi Mercure devient le maître du Bélier, mais cela ne doit en rien troubler le lecteur qui y trouvera de quoi se nourrir en abondance. Ce premier tome traite du symbolisme et de la définition de chaque planète à tous points de vue : initiatique, familial, affectif et physique, social, professionnel et psychologique. Les interprétations abordent les deux polarités positives et difficiles, pour permettre à chacun un travail de transmutation et de ré-harmonisation. Le tome 2 traitera des signes et des maisons. JB

LABOURE Denis, Cours pratique d’Astrologie – Secrets de l’astrologie des anciens, Editions Chariot d Or, 2004.
IS52 +++ Rubrique : Plaît-il Pluton ?

Ce ne sont pas les manuels d’astrologie qui manquent sur le marché, avec des résultats le plus souvent assez moyens (quand ils ne sont pas franchement médiocres), se résumant généralement à un amoncellement de recettes qui ne permettent guère d’aller dans le sens d’une vraie synthèse. A quoi bon alors en sortir encore un ? En réalité, cet ouvrage ne manque pas de qualités : très clair dans son exposé, il permet d’évoluer pas à pas vers des bases interprétatives bien réelles, amplement suffisantes pour un étudiant et qui devraient même s’avérer utiles à certains praticiens ! On ne peut donc que saluer le travail de Denis Labouré, qui a réussi le pari d’innover dans un registre où le lecteur est plutôt habitué à passer du pareil au même.
En revanche, force est d’épingler quelques points plus gênants. Dans certains cas, il s’agit de faits relativement accessoires, mais dans d’autres il est difficile de ne pas se poser de questions sur le fond.

* On peut ainsi déplorer parfois l’attitude de l’auteur, qui se sent obligé d’émettre des jugements aussi catégoriques qu’à l’emporte-pièce. On découvre par exemple, sans autre forme de procès, que « indépendamment de son utilité technique ou militaire, la conquête de l’espace est une grande défaite de l’humanité… » (p.372). Le cas le plus flagrant est toutefois celui des transsaturniennes, qui sont reléguées au rang de « cailloux », tandis que les astrologues qui s’intéressent aux découvertes dépassant le ciel connu par les Anciens sont assimilés à des enfants jouant « sur la dernière console de jeux vidéo à la mode »… (p.34). Outre que cela traduit un indéniable dédain pour la plupart de ses confrères, s’il fallait suivre l’auteur dans ce genre d’idées, la recherche et les nouvelles hypothèses devraient être exclues en astrologie et nous ferions tous bien de rester ancrés à une Tradition inébranlable. Or, contrairement à ce que laisse supposer l’auteur, la Tradition n’est pas une somme de connaissances statique, établie une fois pour toutes : l’astrologie n’a jamais cessé d’évoluer au fil des siècles, en intégrant les contextes sociaux, culturels, scientifiques et autres. Il est d’ailleurs étrange (symptomatique ?) que, plus loin, l’auteur compare les Maisons à la télécommande d’un poste de télévision (p.242), voulant sans doute faire preuve de modernisme, mais sombrant ainsi dans une aberration puisque, contrairement à un poste de télévision qu’on ne peut utiliser convenablement qu’en regardant une chaîne à la fois, les différents secteurs de l’existence humaine sont interdépendants. Plus flagrant encore : n’étant pas visibles à l’œil nu, et donc pas par nos ancêtres, les transsaturniennes ne mériteraient pas la considération des astrologues ; en revanche, s’agissant des étoiles fixes, Denis Labouré utilise leur type spectral, autrement dit un acquis de la science moderne que, forcément, les Anciens n’utilisaient pas…

* Par ailleurs, si l’approche est particulièrement limpide et didactique, on peut regretter que l’ouvrage ne soit illustré que par un seul exemple, dont l’interprétation est plutôt élogieuse (à quelques détails près). Or, il s’agit du thème de l’auteur lui-même, sans que cela soit clairement indiqué…

* Quant à l’évaluation de l’état zodiacal d’une planète, fondée sur un « baromètre » fourni par l’auteur, on se retrouve face à des méthodes comptables où les planètes se voient attribuer des bons ou des mauvais points en fonction de leur situation… Autrement dit, l’interprétation se perd dans des comptes d’apothicaires au détriment des évaluations qualitatives, comme certains astrologues du siècle dernier avaient déjà vainement tenté de le faire, notamment s’agissant du calcul de la dominante.
On pourrait toutefois passer outre ces remarques s’il n’y avait des questions de fond nettement plus sensibles.

* On dénombre ainsi quelques contradictions flagrantes, notamment là où l’auteur veut faire preuve de modernisme tout en s’accrochant à ses conceptions prétendument traditionnelles. La première option donne lieu à des affirmations très claires : « il n’y a, en soi, ni planètes bénéfiques ni planètes maléfiques » (page 57) ; la deuxième produit des sentences encore plus catégoriques : Saturne est « très maléfique. Très dangereux quel que soit l’aspect » (p.82). Cherchez l’erreur…

* Dans la partie relative aux aspects, l’auteur se sert d’une citation de Kepler, mais il oublie de parler des aspects képlériens… Là aussi, on peut déceler une contradiction puisque lesdits aspects ne sont pas considérés comme traditionnels. Il est vrai que l’auteur se sert de Kepler pour appuyer la thèse selon laquelle les aspects ne sont qu’une façon qu’ont les astres de se regarder, autrement dit de s’échanger de la lumière, alors que la théorie de Kepler à ce propos n’a rien à voir (c’est le cas de le dire…) avec ce principe puisqu’elle trouve son fondement dans des lois à la fois géométriques et musicales…

* S’agissant toujours des aspects, on peut aussi se demander, puisque la théorie adoptée est fondée sur l’échange de lumière, pourquoi considérer les aspects à la Part de Fortune (p.363), qui est un point fictif et qui ne peut donc envoyer ni recevoir aucun rayon lumineux ? Dans ce cas, on il semblerait logique d’admettre seulement la conjonction puisque, dans le sens classique, ce n’est pas un aspect.

* Là où toutefois le bât blesse vraiment c’est concernant la question des termes. Denis Labouré indique que Ptolémée nous a transmis trois systèmes en la matière, dont celui dit « égyptien » et qui est utilisé dans l’ouvrage sans que cela fasse l’objet d’une justification particulière. Or, dans son livre Prédire par l’astrologie horaire (Editions Cédra-Astralis, 1995, p.57), c’est le système développé par Ptolémée lui-même qui est utilisé ! Ne cherchons pas une explication, qui ne se trouve dans aucun de ces deux livres…
Au bout du compte, on ne sait trop que dire de cet ouvrage, qui aurait mérité de faire référence en la matière : c’est un peu l’histoire du verre à moitié vide ou du verre à moitié plein et c’est bien dommage. MM

LABOURE Denis, Les Origines de l’Astrologie, Ed. du Rocher.
IS41 +++

La célèbre maison monégasque se rattrape de quelques bourdes en publiant ce enfin un livre séduisant autant qu’instructif. Dans son introduction, D.L. s’interroge sur le pourquoi les astrologues contemporains n’obtenaient plus les résultats qui firent la réputation des anciens maîtres. Et c’est le bon sens qui fît qu’il voulut comprendre les choses en remontant le courant. En relisant les textes anciens et tels que traduits, surtout au XIXe, il releva bien des erreurs probablement responsables des divagations actuelles. Sans conteste, cet ouvrage épatant, dont on aimerait en voir plus souvent, permet aux lecteurs d’évoluer – comme l’astrologie – à travers les siècles de son Histoire restituée. JB

LABOURE Denis, Prédire par l’astrologie horaire, Editions CéDRA-Astralis, 1995.
IS35 +++

Parmi le charabia astrologico-karmico et autres billevesées on se sent, en plongeant dans ce livre, soulagé et réconcilié avec la lecture astrologique actuelle.
Enfin, on revient sur terre et on se passionne pour la bonne et sérieuse tradition, prévisionnelle avant tout. Quoi que certains disent. Naturellement, il faut beaucoup travailler pour appliquer sérieusement la technique de l’astrologie horaire. Cet ouvrage n’est donc pas destiné aux doux rêveurs. Mais pour les mordus, il est une invitation enthousiaste à se mettre à bécher. Les passionnés d’Uranie n’auront pas assez de mots pour remercier Denis Labouré d’avoir concocté à leur intention ce beau cadeau qu’est ce volume magistral. Et qu’on ne vienne plus me dire que les enseignants n’apprennent rien à leurs élèves. En s’appliquant à bien l’étudier, ce livre met à la portée des praticiens et des étudiants les moyens de faire un bond en avant dans leur pratique astrologique.
Outre de nombreux exemples pratiques, on y trouve le cas douloureux de la petite Karine. Une affaire qui défraya la chronique en son temps, et que Denis Labouré analysa, avec succès, pour le compte du commissaire A. Chapeau ! JB

LARZUL Laurence, ABC de l’astrologie karmique, Jacques Grancher Editeur.
IS43 ++

Cet ouvrage est fortement influencé par les auteurs anglo-saxons, et surtout Alan Léo (1860-1917), qui berça quelques astrologues Belges comme Gustave L. Brahy et Georges Antarès, l’un et l’autre proches de la Théosophie. Dans le genre, et parce que raisonnable dans son accès, ce livre, fort joliment écrit, vaut que l’on se penche à le lire. On regrettera toutefois l’absence d’exemples pratiques puisque aucun thème n’illustre ce manuel. JB

LARZUL Laurence, Comprendre la Lune Noire, Ed. de Vecchi.
IS44 ++

J’éprouve envers ce foyer de l’orbite lunaire une certaine méfiance que pas même la spécialiste en matière – la regrettée Joëlle de Gravelaine – n’avait pu modifier, d’autant que nombreuses sont ses positions. Aujourd’hui, on s’accorde à dire que les calculs proposés par Francis Santoni sont astronomiquement exacts. Après analyse, c’est probablement la plus « vraie ». Ce qui m’a plus dans cet ouvrage tient plus dans le discours qui sépare Lilith de la Lune Noire, outre que de nombreux thèmes de célébrités l’illustrent, et que les transits en maisons et sur les planètes s’y ajoutent. C’est un bon éclairage doublé d’une originalité séduisante. JB

LE BRET Emmanuel, Uranus et l’éveil spirituel, Ed. Dervy.
IS47 +++

Un travail aussi original que la planète qu’il affectionne, qu’authentiquement personnel. Ce qui vaut largement que l’on s’y arrête et que l’on se penche sur les nombreux exemples qui foisonnent. Faut-il souligner que l’auteur à communiqué ses connaissances au sein du centre tibétain de Kagyu-ling et qu’il est un spécialiste des médecines douces. On peut ne pas être convaincu des valeurs spirituelles du grand foudroyant, mais l’ouvrage est excellent. JB

LENOBLE Yves (Sous la direction de), Neptune et son symbolisme, Ed. Les Congrès d’Hermès des 21-22 mars 1998.
IS44 +++

Indispensable pour tout savoir sur cette planète et ce qu’en pense – à des niveaux divers – les intervenants : sa découverte, ses effets concrets en transits, sa place chez les musiciens et les photographes, ses faces cachées, son rôle sur l’inconscient, son importance sur le « nous », un point de vue époustouflant de notre ami Yves Haumont, etc. Toujours passionnants, ces comptes-rendus servent de repères aux lecteurs qui veulent apprendre et comprendre les milles et une facette de cette planète qui, souvent, brouille bien des esprits. JB

LENOBLE Yves (sous la direction de), Saturne et son symbolisme, Ed. ARRC, 1996.
IS36 ++++

Un régal, il n’y a pas d’autres mots pour qualifier cet ouvrage, que je vous conseille vivement. Pour tout savoir sur ce cher Saturne, dans les actes qui lui sont consacrés, suite au congrès les 23 et 24 mars 1996, à Paris, il vous faut acquérir cet excellent livre. Saturne à la Renaissance, dans la mythologie, ses cycles et intercycles soli-lunaires, son astronomie, sa fonction quotidienne et son rôle chez les astrologues, sa relation avec la Lune, son importance dans les relations humaines, ses rétrogradations, ses transits, sa réhabilitation et ses aphorismes détrônés, ses aspects aux rapides, avec la Lune miroir de l’être et sentinelle du destin, sa symbolique entre le devoir et l’exigence sociale, son rôle dans les créations artistiques, lorsqu’il joue les gardiens du seuil dans la vie spirituelle, son analyse synthétique, etc.
S’il vous faut un seul ouvrage sur le vieux diable, ce doit être celui-là, pour la richesse et la diversité de son enseignement, pour l’apport pratique exemplaire qu’il apporte tant aux étudiants qu’aux astrologues confirmé.
Tous mes remerciements à Yves Lenoble qui se dévoue à nous offrir chaque année un congrès à thème, et qui se charge, en plus, de la rédaction des actes qui s’en suivent. A acheter, à lire absolument et à consulter régulièrement. JB

LENOBLE Yves (Sous la direction de), Uranus et son symbolisme – Le Congrès d’Hermès des 22 et 23 mars 1997, Ed. SEP-Hermès, 1997.
IS40 +++

Ce type de livre, qui reprend dans son intégralité toutes les interventions des invités, est – et restera longtemps – ce qui se fait de mieux dans le genre. En effet, l’approche individuelle de chacun, qui aborde la planète sous un angle particulier, est à étudier dans l’ordre de vos préférences. De sa découverte, en passant par son rôle chez les aviateurs, en transit et ses coups durs, etc., vous saurez tout sur la première planète invisible. JB

LENOBLE Yves et GESTAS Catherine (Sous la direction de), Pluton et son symbolisme – Le Congrès d Hermès, Editions SEP-Hermès, 1999.
IS51 ++++

Dernier congrès SEP-Hermès de la série consacrée aux planètes (sous l’égide d Yves Lenoble et de Catherine Gestas), celui-ci ne déroge pas aux habitudes en termes d intérêt, avec une bonne vingtaine d’intervenants traitant de sujets aussi variés que passionnants. L’ouvrage est d’autant plus intéressant que, à ma connaissance, il s’agit seulement de la deuxième œuvre collective à ce propos (après Enquête sur Pluton, datant du milieu des années 70 et présentée par Alexandre Volguine). Quant au fait que l’astre ait été récemment déclassé de son statut planétaire par les astronomes, cela ne doit nullement nous empêcher de le considérer de près car il faudrait être vraiment de mauvaise foi (un défaut typiquement plutonien…) pour ne pas se rendre compte de son intérêt, tant en matière interprétative que prévisionnelle. MM

LENOBLE Yves, Initiation à la pratique des cycles planétaires, Éditions de l’ARRC, 1994.
IS29 +++

De plus en plus d’astrologues se passionnent pour les cycles planétaires, que ce soit sur le plan mondial ou sur celui individuel. L’ouvrage de Yves Lenoble n’est pas une simple compilation des contributions des auteurs les plus intéressants : c’est un livre très précieux pour ses apports tant techniques (calcul des différents cycles composés, avec plus de cinquante pages de tableaux particulièrement utiles) que psychologiques (les différents âges de la vie expliqués par les cycles simples, avec un éclairage psychanalytique – particulièrement limpide – pour les premières années de vie). Quelques cas pratiques viennent confirmer la validité de cette approche.
La bibliographie, qui a le mérite de ne pas se limiter à l’astrologie et de mentionner aussi les articles, n’a qu’un seul défaut : celui d’avoir laissé de côté un ouvrage majeur (belge de surcroît !), le Traité pratique d’astrologie mondiale de Louis Horicks et Henriette Michaux (récemment réédité). Par ailleurs, n’y est pas repris l’ouvrage de Matila Ghyka auquel pourtant l’auteur se réfère dans le texte. MM

MANDL Michaël, Répertoire de Données de Naissance, Edité par l’auteur, 1999.
IS45 +++

Depuis les publications du regretté Jacques de Lescaut, aucune compilation de données de naissance n’a été publiée en Belgique. Cette lacune est maintenant comblée par cet ouvrage très complet (quelques 2000 données) et structuré à visée internationale. Il devrait également intéresser nos voisins français qui – mis à part des banques de données sur Minitel (Cédra et Urania) – ne disposent pas d’un outil cent comparable.
En plus d’un index des dates de naissance, le chercheur appréciera les renvois aux noms dont les données sont répertoriées.
Comme le souligne son auteur – qui fait preuve de beaucoup de rigueur dans sa présentation – les données de naissance sont la base de la recherche astrologique, encore trop peu développée de nos jours. Reste alors à souhaiter que son effort soit apprécié à sa juste valeur par le plus grand nombre. JB

MARCZAK Marie, Dialogue de planètes, Ed. Auréas.
IS47 ++++

Retenez bien son nom car, à n’en pas douter, vous en entendrez encore parler. Pour un premier livre, c’est un coup de maître. N’y manque qu’une introduction cosmographique pour rendre l’ouvrage complet. Une interprétation du clavier des planètes et des aspects utiles à tous et magnifiquement enlevée pour étudiants ou confirmés. Formidable ! JB

MAYERES Guy, L’Astrologie confrontée aux régimes horaires des zones occupées en France de 1914 à 1945, Editions Traditionnelles, 2006.
IS53 +++

Le casse-tête si rébarbatif que sont les heures de guerre en France devient presque un jeu d’enfant comme un puzzle à assembler, un fois ce petit livre en mains. Une carte en couleur illustre chaque département de France concerné par les dates des avancées successives des fronts et des zones occupées. Même sans connaissance nette et claire de ces conflits, on s’y retrouve. On ne peut que tirer notre chapeau à l’auteur pour la clarté avec laquelle il nous guide devant la question : pour une localité donnée, et à un instant donné, le régime horaire est-il français ou allemand ? Sans conteste, une excellente publication. AF

MAYO Jeff, Astrology – A Key to Personality, Editions Penguin.
IS32 +

Voici un manuel d’astrologie particulièrement clair et synthétique, qui constitue une bonne approche du domaine. Remarquons cependant qu’en matière de maîtrises, l’auteur oublie de mentionner que, traditionnellement, Mars, Saturne et Jupiter gouvernent respectivement le Scorpion, le Verseau et les Poissons, ne mentionnant à cet égard que les transsaturniennes. Par ailleurs, seuls les aspects majeurs sont détaillés (parmi les mineurs, seuls les semi-carrés et les sesquicarrés sont brièvement abordés). Figurent également quelques notions d’astrologie médicale, de prévisionnelle et des conseils pour l’astrologue consultant.
Comme la plupart des astrologues anglophones, l’auteur a une approche influencée par la psychologie analytique jungienne. MM

MILLER Gérard, Ce que je sais de vous… disent-ils, Editions Stock, 2000.
IS51 ---

Parmi les pourfendeurs de l’astrologie, il faut compter l’inénarrable Gérard Miller, psychanalyste de son état, dont le côté pince-sans-rire lui vaut de figurer en bonne place parmi les acolytes de Laurent Ruquier. N’ayant sans doute rien trouvé de mieux pour se faire remarquer, il ne rate pas une occasion d’émettre des jugements aussi solennels qu’à l’emporte-pièce sur des sujets qu’il maîtrise peu ou pas du tout. Avec cet ouvrage, où il croit manifestement faire preuve d’humour, il ne parvient qu’à prouver sa méconnaissance de ce dont il traite. C’est ainsi qu’en lieu et place d’une saine critique de notre pratique ou de certaines de ses dérives (critique qui serait admissible et même la bienvenue, si tant est qu’elle soit de bonne foi), il ne fait que se moquer de tout, à commencer par les lecteurs. C est tout bonnement pitoyable. MM

MONTERA Théo Dr., Le traité pratique d’astrologie médicale, Ed. du Rocher.
IS42 ++

Très abordable, ce livre n’est pas savant et peut être mis entre toutes les mains. Il faut tout de même rappeler qu’il est interdit à l’astrologue, non médecin, de prescrire quoi que ce soit ou d’évaluer un diagnostic médical. Simple et très pratique, il devrait vous aidez à choisir le moment idéal pour rééquilibrer un consultant en l’orientation vers le traitement médical qui lui convient : en chirurgie, en homéopathie, en spagyrie. Douze cas cliniques, et quelques thèmes horaires, appuient les dires de l’auteur, qui nous explique à quelles méthodes thérapeutiques ils seront sensibles. C’est solide et à étudier convenablement. JB

MORIN Jean-Baptiste, Astrologia Gallica – Book Twenty-Two, Directions, Traduit du latin par James Herschel Holden, Ed. AFA, 1994.
IS38 ++++

Il aura fallu qu’il traverse l’océan pour que ce livre soit traduit ! C’est tout de même regrettable que nos classiques ne soient pas disponibles chez nous, surtout quand l’on voit le nombre d’ouvrages de nos contemporains qui ne font que répéter ce que d’autres ont déjà dit sans y ajouter quoi que ce soit de neuf, si ce n’est parfois de belles bourdes… Il faut souhaiter que nos amis de la FDAF, qui se sont attelés au projet de publier des « classiques », puissent combler au plus vite les nombreuses lacunes de nos bibliothèques. A ce propos, si vous n’avez pas encore souscrit pour leur première parution (Primum Mobile, de Placidus de Titi et préfacé par Robert Amadou), référez-vous au papier qui est glissé dans ces pages : il serait dommage de vous en priver ! Pour en revenir à Morin, ce livre 22 de son Astrologia Gallica traite des directions primaires. C’est un véritable traité sur le sujet, très complet. En attendant qu’il paraisse un jour en français (on peut toujours espérer…), c’est un outil indispensable à tous les praticiens qui comprennent l’anglais. MM

MORPURGO Lisa, Il Convitato di pietra – Trattato di astrologia dialettica, Éditions Longanesi & C.
IS30 ++

Étonnant livre que celui-ci, qui a d’ailleurs eu un grand succès en Italie. L’auteur nous convie à une longue réflexion, issue de ses nombreuses années de pratique.
L’ouvrage est intéressant du point de vue théorique et devrait permettre à tout un chacun d’attiser ses neurones. Cependant, les propos de l’auteur sont par moments quelque peu hasardés. Ainsi, un nouveau système d’exaltations planétaires est proposé qui, de prime abord, semble cohérent ; mais, en y regardant de près, des doutes émergent, puisque Mme Lisa Morpurgo ne se tient pas entièrement aux règles qu’elle propose. Mentionnons aussi l’hypothèse, à laquelle l’auteur est attaché depuis des années, selon laquelle il y aurait encore deux nouvelles planètes après Pluton : X et Y, et celle d’un deuxième zodiaque, spéculaire à celui que nous connaissons. MM

MOTHE Florence, Faites naître votre enfant sous une bonne étoile, par Florence Mothe, Ed. du Rocher, 1997.
IS39 -

Donnant une interprétation pour chaque jour de naissance au cours de 1997, voilà un livre prouvant que l’astrologie ne doit pas être mise entre toutes les mains, et certainement pas celles de l’auteur. Heureusement, outre ses commentaires creux, dans six mois il aura déjà perdu toute sa valeur, que l’on cherche désespérément à lui attribuer. Pauvres Kepler et Ptolémée, auxquels référence est faite en quatrième de couverture… MM

NEGRI Clara, Fatti & misfatti dell’astrologia, Éditions Dialma.
IS29 ---

Sous une très belle couverture (mais extrêmement peu pratique pour une bibliothèque) une astrologue relate les faits qui prouvent la valeur de l’astrologie mais aussi les méfaits qui en démontrent les faiblesses.
Si l’auteur fait son propre mea culpa quant à ses interprétations erronées, il est dommage que l’ouvrage cumule les fautes, notamment dans la partie technique, où le lecteur expérimenté est invité à effectuer « d’éventuels contrôles ». Et bien, il faut espérer que cet ouvrage ne tombe pas dans des mains inexpérimentées car les erreurs se succèdent : signalons notamment une inversion dans les thèmes proposés (pp. 126-129), qui se répercute dans leur interprétation, ainsi que des erreurs relatives aux aspects et aux maîtrises. Sic !
Une mention « très » particulière pour la proposition relative à la technique des Révolutions Solaires, où il est question de tenir compte de l’heure de naissance « réelle » du sujet et non de celle qui correspond au retour du Soleil pour chaque anniversaire. Madame Clara Negri semble connaître un seul sens du mot « révolution », celui de changement... MM

NORMAN O. et C., Astrologie et Homosexualités, par O. et C. Norman, Editions François de Villac.
IS40 +++

Rarement abordé spécifiquement dans la littérature astrologique, ce sujet fait pourtant partie du quotidien de l’astrologue consultant, comme des amateurs d’Uranie. Ce livre, très original par sa présentation et ses nombreux exemples pratiques de personnages connus, permet, en l’étudiant sérieusement, de savoir quel type d’homosexualité s’attache au sujet étudié. Un très bon point pour le modèle de questionnaire établi par les auteurs, qui viennent en aide aux lecteurs en leur permettant d’apprendre si l’homosexualité existe ou pas. Ils parlent aussi des effets de la Lune Noire, de plus en plus utilisées par nos amis lecteurs. Un ouvrage excellent, chaudement recommandé. JB

ODLE Christopher, Au Bonheur du zodiaque, Ed. Solar.
IS47 ++

Un guide traduit en français « Mix and Match Astrology » qui se veut interactif et qui offre une présentation en spirale avec un découpage des pages. Typiquement anglo-saxonne, l’illustration riche en reproductions d’une excellente qualité est fort bien réussie. Un manuel pour les yeux à offrir ou se faire offrir. JB

PHILIBERT Myriam, Les arts divinatoires à travers les âges, Editions Dervy.
IS32 ++

L’auteur, docteur en préhistoire ayant déjà publié un Guide des mythes et légendes, nous convie à un parcours historique où il est notamment question de voyance, d’oniromancie, des états de transe, de nécromancie, de présages et prodiges, des noms et nombres, du Yi King, de géomancie, de cartomancie et des différentes formes du devin (oracle, prophète, pythie, mage, chaman et sorcier). Cinq chapitres sont consacrés à l’astrologie, que ce soit dans l’Ancien Orient, en Occident, en Chine ou en Amérique Centrale. Evitant le piège des détails trop techniques, cet ouvrage constitue une bonne introduction pour quiconque s’intéresse aux différentes formes de divination. MM

PLACIDUS DE TITIS, Primum Mobile, traduit de l’anglais par Claudine Besset-Lamoine, FDAF Editions.
IS43 +++

C’est le livre événement, celui que tout astrologue se doit de posséder, de lire et d’appliquer en matière de « directions primaires ». Il n’y a pas d’autres mots pour saluer l’arrivée d’un ouvrage attendu, dans la langue de Voltaire, depuis des lustres. La plupart des praticiens utilisent – sans savoir réellement pourquoi – le système de domification de l’illustre astrologue en ignorant tant sur quoi ce système repose que tout le reste de son œuvre magistrale. Formidablement « moderne » – alors que paru à Padoue en 1657 Ð, ce Primum Mobile est un réel enchantement destiné aux amateurs d’authenticité et de Tradition. N’hésitez pas à commander ce monument des étoiles au tirage « malheureusement » très limité. JB

PTOLEMEE Claude, Les Cent sentences astrologiques, Ed. Traditionnelles, réédition de 1999.
IS46 ++++

Incontournable, pour candidats astrologues et confirmés. A étudier et à appliquer. JB

RACLET Louis-Marie, Votre signe dévoilé – Dirigez votre destinée par l’astrologie, édition augmentée en 1989 par sa veuve Paulette Raclet, Ed. François Villac.
IS39 ++

Les étudiants sont souvent à la recherche d’un bon manuel, d’un ouvrage de référence. Louis-Marie Raclet a derrière lui un parcours astrologique remarquable. Passionné, il s’acharna – toute sa vie – à rendre à Dame Uranie ses lettres de noblesse. Dans un style simple, donc indémodable, l’étudiant, mais aussi quiconque souhaite en savoir plus, suivra l’auteur dans sa fine analyse de chaque signe. Un classique à mettre en bonne place dans votre bibliothèque. JB

RAULIN Michèle Dr., L’Heure du corps – Une astrologie de la santé, Ed. Dervy.
IS42 ++

Après une séduisante introduction, agrémentée de dessins explicatifs, cette pédiatre astrologue place son travail sur les trois niveaux corporels : le constitutionnel, l’émotionnel et le réactionnel. Pour appuyer ses démonstrations l’auteur utilise les maisons égales, système de domification dit Antique, plaçant l’AS au milieu de la MsI. Ensuite, elle donne une sérieuse interprétation des maisons, dont une remarquable synthèse de la Ms12. On passe ensuite à l’action réflexe des planètes, comme : « (...) Ainsi un Saturne en Sagittaire s’accompagne moins souvent d’un rétrécissement du bassin que d’un terrain asthmatique (Gémeaux). (...) ». Outre sa pertinence, l’ouvrage est illustré par des exemples pratiques. Une bonne base pour les néophytes et un bon rappel pour les autres. JB

RICHARD Jean-François, La Bourse serait-elle aussi gouvernée par les astres ?, Arnaud Franel Editions.
IS43 ++

Deux livres, totalement différents dans leur conception, arrivent en même temps sur le marché littéraire astrologique. Celui-ci est d’une étonnante envolée journalistique, la profession de l’auteur, venu – à force de contrôles aussi variés que permanents et pertinents – à la conclusion qu’il existe bel et bien une interaction irréfutable entre les cycles planétaires et les mouvements boursiers. J.-F. Richard s’attarde surtout sur Uranus, au détriment – peut-être ? – d’autres facteurs non négligeables. Conclusion : ça marche ! Preuve du succès de l’ouvrage, abordable par quiconque et donc non réservé à l’exclusive des astrologues, sa place enviable dans le rayon « économie et finance » des principales librairies de notre capitale. JB

RODDEN Lois, Profiles of Women – Astro Data 1, Edité par l’auteur.
IS36 +++

Il s’agit du second volume sur les femmes célèbres qu’édite cette spécialiste américaine, on peut même dire la seule spécialiste aux USA, en matière de dates de naissances. Après Profiles of Women, ce livre contient 500 nouvelles cartes agrémentées d’une courte biographie, plus une liste complète de 900 autres femmes, dont certaines corrigées à la suite au premier volume.
Aujourd’hui, à l’aide de l’informatique, il est facile d’introduire dans l’ordinateur toute une série de femmes classées par profession pour en faire un sujet d’étude passionnant.
Tous les ouvrages de Lois Rodden sont à conseiller vivement aux collectionneurs de dates de naissance. Lois vous enverra sur simple demande la liste et les prix de ses nombreux ouvrages disponibles, et qui sont rarement distribués dans nos librairies. JB

ROSSETTI Andrea, Breve trattato sui transiti, Blue Diamond Publisher, 1994.
IS31 +

Dans ce « bref traité sur les transits », l’auteur expose de manière succincte les règles fondamentales relatives à cette approche. L’ouvrage commence par l’évaluation de la puissance quantitative des transits, suivie d’une méthode permettant de calculer celle-ci par un système de cotation. L’auteur expose ensuite son point de vue quant à la valeur qualitative des transits et à l’évaluation des contenus (Maisons et points émetteurs). Une dizaine de cas pratiques viennent soutenir les thèses développées. MM

ROWLAND Edna, True Crime Astrology – Famous murders and suicides, Llewellyn Publications.
IS41 +++

Un livre scorpionesque écrit sur le ton d’un bon polar. Les plus grands criminels, mais aussi une mère qui enlève « illégitimement » son enfant très aimé, Marylyn Monroe : meurtre ou suicide ?, le cas du Dr. Herman Tarnower, et de bien d’autres... sont analysés dans les moindres détails, y compris avec les mi-points associés à la violence et aux homicides, sans oublier les parts arabes. Après cette lecture et l’étude des cas proposés vous saurez tout sur les tempéraments suicidaires et meurtriers. Un livre pratique, qui aidera les praticiens lors de consultations avec des personnes fragilisées, ou qui veulent étudier les cartes des nombreux violeurs et criminels figurant dans « Datasophia ». A quand une traduction française ? JB

SACHS Gunter, Le Dossier astrologie, Edition Michel Lafon, 2000.
IS51 ++

Même si on est en droit de mettre en doute la nécessité d’une approche statistique de l’astrologie, force est de constater que nous pouvons rendre une fière chandelle à Gunter Sachs, qui a eu les moyens (intellectuels et financiers) pour se consacrer à une étude de grande envergure sur le rôle des signes du zodiaque. Certes, on pourrait rétorquer que les signes ne sont que la partie émergée de l’iceberg, mais encore fallait-il avoir le courage de s’atteler à la question… La démarche est en tout cas rigoureuse et les résultats sont le plus souvent surprenants pour ceux qui s’acharnent à nier toute valeur à notre art, mais aussi pour certains convaincus ! Parmi les nombreux thèmes abordés, on trouve notamment le mariage, le type de mort, la criminalité et la conduite automobile. Voilà en tout cas une très bonne base de réflexion. MM

SAN MIGUEL DE PABLOS José Luis, Géométrie de la conscience, Ed. Du Rocher.
IS39 ++++

Depuis le temps qu’on l’attendait, il était temps qu’il arrive. Enfin, c’est chose faite ! Et si vous ne deviez acheter qu’un livre cette année, c’est celui-là qu’il vous faudrait choisir. Pour Jose Luis, l’astrologie établit les rapports d’analogie dans l’Univers : elle est configurée d’une manière systémique et concerne plus la conscience que la matière. L’auteur peaufine en ajoutant les astéroïdes auxquels il attache depuis plus de 15 ans une réelle importance. En outre, Jose Luis jette le pont entre deux branches aujourd’hui séparée : l’astrologie et l’astronomie du système solaire. A lire absolument. JB
Note : lire aussi son ouvrage Le grand cycle Uranus-Neptune, Ed. Cédra.

SANTAGOSTINI Claire, Astrologie Globale, Ed. Traditionnelles, réédition de 1999.
IS46 ++++

Incontournable, pour candidats astrologues et confirmés. A étudier et à appliquer. JB

SAUNDERS Jeraldine, Love Boats, Llewellyn.
IS45 ++

Cette californienne écrit sur un ton new-yorkais et possède bien des cordes à son arc. Plus romancé, mais franchement drôle, il ne s’agit pas d’astrologie mais d’aventures multiples contées avec un talent inné. On comprend mieux où cette talentueuse scénariste, passionnée de croisières, à puisé son imaginaire. JB

SAUNDERS Jeraldine, Love Signs, Llewellyn.
IS45 ++

Elle est l’auteur vedette de la série télévisée « La Croisière s’amuse » et de biens d’autres choses encore. Journaliste aussi, on lui doit environ 850 TV*shows et radios, dont « Good Morning America » avec Johnny Carson. Riche et célèbre, elle aime animer des conférences à bord de paquebots sur lesquels elle navigue. Selon vous, de quoi parle-t-elle ? Je vous le donne en mille... De son dada : « L’astrologie amoureuse ». Et croyez-moi, elle s’y connaît ! De A à Z. Tout y est pour conquérir l’homme ou la femme de votre vie, mais encore pour « recoller » les morceaux. On sent chez cette femme radieuse une incroyable et merveilleuse joie de vivre. Mariée depuis des décennies avec son cher Arthur, toujours très amoureuse, son livre met du baume sur les cœurs et des étoiles plein les yeux. JB

SERVRANX F. et W., Astrologie, Radiesthésie, Ondes de Formes, Ed Servranx.
IS47 +++

Vous êtes nombreux à manipuler le pendule tout en pratiquant l’Art d’Uranie. Pour nombre, ce livre ouvrira des voies jusqu’ici inconnues cependant que presque magiques. Nous savons que l’astrologie médicale à pour but de « prévenir », là où la médecine astrologique intervient pour « soigner » (si l’on est médecin, évidemment). Les remèdes bien choisis – suivant la signature astrale – se révèlent d’action profonde et rapide. Un régal, dont je conseille vivement la lecture et les diverses applications pratiques. JB

STAR Gloria (Sous la direction de), Astrology for Women – Roles & Relationships, Llewellyn.
IS41 +++

Elles sont toutes renommées et aiment leur art passionnément. Dans cet ouvrage entièrement consacré à la « Femme », chacune aborde un sujet féminin sous un angle original. De nombreux exemples appuient les démonstrations réparties en dix petits livres : The total Woman par Jan Spiller ; Women’s Evolving Needs : The Moon and the Blood Mysteries par Demetra George ; The Mother-Daughter Bond par Kelley Hunter ; The Father’s Role in the Development of the Whole Woman par Carol Garlick ; Psyche’s Task : A path of Initiation for women par Barbara Schermer ; Creating Healthy Relationships par Gloria G. Star ; On Singleness : Choosing to be Me par Madalyn Hillis-Dineen ; The Impact of Self-Esteem par Ronnie Gale Dreyer ; Who Should I Be When I Grow Up ? par Kim Rogers-Gallagher ; The Sacred Sisterhood par Roxana Muise. Malheureusement, ce type de livre est introuvable dans notre langue. Il nous faudrait une équipe de traducteurs, astrologues eux-mêmes, pour offrir – dans la même qualité de papier et de mise en forme – un tel ouvrage environ le même prix à la vente. Serons-nous encore des décennies à la traîne ? Et puis, les quelques rares traductions (souvent incomplètes et erronées) proposées atteignent des prix fous allant jusqu’à quatre fois plus chères que le texte original. C’est une honte ! JB

SULLIVAN Erin, Saturne en transit, Ed. Encre.
IS39 +++

Après Saturne, le vieux démon de Liz Greene, paru précédemment chez Dervy, cet ouvrage arrive au bon moment pour permettre d’aller plus avant dans les manifestations psychologiques de la dernière des planètes visibles. Dans la lignée de l’école anglo-saxonne, trop négligée dans notre hexagone, ce livre s’enrichit d’une approche de Jung, de recherches personnelles, d’éclairages sur la mythologie de Saturne. Auteur célèbre, c’est le premier livre traduit en français d’une femme aussi efficace que charmante. Qu’on se le dise et qu’on le lise. JB

TAEGER Hans-Hinrich, Internationales Horoskope LexikonBand 4, Verlag Hermann Bauer.
IS43 +++

Sous une présentation impeccable, sans doute la meilleure parmi toutes les éditions en la matière, vous trouverez ici de nombreuses personnalités de tous bords, accompagnées d’une brève biographie (en allemand) et du thème natal. Chaque cas est identifié par des mots-clés en anglais. On peut seulement regretter que les personnalités allemandes ne soient pas davantage représentées, mais l’accès aux registres d’état civil est des plus difficiles en Allemagne. Egalement indispensables aux chercheurs, les trois premiers volumes. MM

TARNAS Richard, Cosmos and Psyche - Intimations of a new world view, Viking Penguin Books, 2006.
IS53 ++++

Historien culturel et professeur de philosophie et de psychologie en Californie, Richard Tarnas avait déjà conquis son audience depuis son précédent ouvrage The Passion of the Western Mind. Ici, il plonge dans les méandres des grands cycles planétaires qui sont étudiés presque sous toutes les coutures, à la lueur des grandes périodes de l’histoire depuis l’Antiquité. Une attention particulière est donnée aux cycles Uranus-Neptune, Uranus-Pluton, Saturne-Pluton et Jupiter-Uranus. Ce livre est fort dense et intéressant, mais il lui manque malheureusement la perspective de ces cycles en transit dans le zodiaque : les signes du zodiaque ne sont nulle part mentionnés ou analysés. C’est une faiblesse pour un jugement qui se veut objectif et sérieux. Mais que ceci ne vous en décourage pas la lecture. AF

TEISSIER Elizabeth, L’Homme d’aujourd’hui et les astres – Fascination et rejet, Editions Plon, 2001.
IS51 + Rubrique : Plaît-il Pluton ?

Ouvrage controversé s’il en est, la retranscription de la thèse en sociologie d’Elizabeth Teissier a fait couler beaucoup d’encre. Soutenue à la Sorbonne le 7 avril 2001, elle lui a valu la mention « Très honorable ». Etonnamment, si les réactions des milieux académiques et scientifiques furent nombreuses et souvent virulentes, dans la presse comme sur l’internet, les astrologues se sont montrés relativement discrets à ce propos, du moins s’agissant de réactions « officielles ».
La pertinence sociologique de ce travail est effectivement sujette à caution car il n’est nul besoin d’être expert en la matière pour se rendre compte que la sociologie n’est ici qu’un prétexte, au sens fort du terme. On notera d’ailleurs que là où il en est question, Elizabeth Teissier se contente généralement d’un amoncellement de citations, qui alourdissent considérablement le texte et, en ce sens, on cherche en vain l’esprit de synthèse. Le reste n’est que polémique entre sociologues, et les personnes intéressées trouveront aisément d’innombrables documents à ce propos via un quelconque moteur de recherche.
Il fallait de toute façon du courage et même de l’audace pour se confronter aux milieux académiques et, en ce sens, il faut reconnaître qu’Elizabeth Teissier n’en manque pas.
Un des principaux reproches adressés à l’auteur est d’avoir utilisé sa thèse pour faire une apologie de l’astrologie et en particulier de sa propre pratique (que ce soit dans les médias, avec les politiques, via le courrier qu’elle reçoit, etc.). Il est en effet vrai que cet ouvrage (version « allégée » et corrigée de la thèse proprement dite) se sert de la sociologie pour défendre la cause astrologique, mais principalement (pour ne pas dire essentiellement) celle qu’Elizabeth Teissier seule est supposée incarner. Pour preuve, un aveu de l’auteur : « Je reçois régulièrement, via l’Argus de la Presse, les articles où je suis citée. Cela constitue un baromètre intéressant de cette lutte sans merci livrée par la science officielle à la science des astres. » (p.495) On se demande pour quelle raison il s’agirait là d’un « baromètre intéressant » et force est d’en déduire qu’à ses yeux, elle est l’incarnation de la science des astres… D’autant plus que tous les articles où elle est citée ne sont pas nécessairement le fait de scientifiques qui s’en prennent à Elizabeth Teissier ! Une telle approche aurait été compréhensible si elle s’était basée sur les articles où figurent les mots « astrologie » et « science ». C’est un peu comme si, voulant faire une recherche sur le cinéma, on se référait seulement aux articles où il est question de Liz Taylor… Par ailleurs, les exemples sont uniquement tirés de son expérience, qui vaut ce qu’elle vaut à titre personnel, mais dont la valeur exemplaire et scientifique est d’autant plus sujette à caution qu’Elizabeth Teissier est ici juge et partie.
Quant au contenu proprement dit, et pour ne prendre qu’un seul exemple, les erreurs dans les considérations d’ordre astronomique sont pour le moins étonnantes dans un texte qui devrait répondre à des exigences de rigueur scientifique. Qu’on en juge :

* La distance entre les signes et les constellations : les signes sont « infiniment plus proches » (p.73) que les constellations. Une affirmation qui trouve un écho à la page 193 : les constellations sont « situées en quelque sorte derrière les signes … ». De tels propos sont à tout le moins stupéfiants de la part d’une astrologue professionnelle, qui fait ainsi preuve d’approximations langagières (s’il ne s’agit pas là de pure et simple méconnaissance) déconcertantes dans le contexte d’une thèse universitaire. A moins qu’elle n’assimile les signes à des objets célestes… Sans compter que, de leur côté, les étoiles qui forment les constellations sont situées à des distances très variables les unes des autres et qu’on ne peut ainsi nullement localiser les constellations en des profondeurs spatiales quelconques.

* Une chronologie fantaisiste : « lorsque l’astrologie fut codifiée, au début de l’ère chrétienne (principalement par Ptolémée, puis par Manilius), il y avait coïncidence entre les signes et les constellations placées loin derrière ceux-ci. » (p.77) A elle seule, cette affirmation vaut son pesant d’or tant elle est truffée d’erreurs. Outre qu’on y retrouve l’idée que les constellations sont « derrière » les signes, il faut préciser que – contrairement à ce que laisse supposer le texte – Manilius vécut avant Ptolémée. Qui plus est, il n’y a jamais eu de coïncidence entre signes et constellations, mais simplement une coïncidence entre le 0° du signe du Bélier et le début de la constellation Aries (Bélier). Enfin, puisque l’auteur affirme à peine quelques lignes plus haut que le changement d’ère (s’agissant de la précession des équinoxes) se fait en 2176 ans environ, qu’à la même page il est indiqué que nous entrons actuellement dans l’ère du Verseau, partant de l’an 2000, ladite coïncidence aurait dû se produire aux environs de l’an -176 et non à l’époque de Ptolémée, qui vécut au IIe siècle de notre ère.

* La confusion entre signes et constellations : le « point vernal quitte actuellement les Poissons pour entrer dans le signe du Verseau » (p.77). De même, une ère « correspond au temps que met le point vernal à parcourir (à reculons) un signe de 30 degrés » (p.95). Rappelons que le point vernal (ou point gamma) correspond au 0° Bélier, autrement dit à l’un des deux points d’intersection de l’écliptique avec l’équateur céleste, qui marque l’équinoxe de printemps. Il est donc absurde de parler du « tour complet du point vernal sur l’écliptique » (p.77). Actuellement, le point vernal est positionné quelque part entre la constellation (et non le signe) des Poissons et du Verseau (ces deux constellations se chevauchent). Quoi qu’il en soit, Elizabeth Teissier a donc raison de dire « que la confusion est grande sur cette question (…) » (p.77) et d’ajouter que « l’explication (…) n’est guère facile (…) à comprendre » (id.). Cela semble bien indiquer que, dans sa thèse, en lieu et place d’astrologie, elle ne parle que d’elle-même, qui n’a pas compris le principe de la précession des équinoxes et qui ne peut donc en donner que des explications confuses !

* Un astrologue qui donne son nom à une étoile… : « l’abbé Nicoullaud, alias Fomalhaut (on a donné son nom à une étoile fixe au début des Poissons), (…) » (p.130). C’est exactement le contraire qui s’est produit : le nom de cette étoile provient de l’arabe (littéralement « la bouche du poisson ») et l’abbé Nicoullaud l’a adopté comme pseudonyme. Qui plus est, Fomalhaut n’a rien à voir avec la constellation des Poissons puisqu’il s’agit de l’étoile la plus brillante du Poisson Austral… Après la confusion entre les signes et les constellations, voici celle entre les constellations elles-mêmes !

* Un zodiaque superposé à l’écliptique : on découvre d’une part que c’est sur « (…) l’écliptique (que) se trouve le zodiaque (…) » (p.572). Plus loin (p.574), il est indiqué que l’écliptique « n’est autre que le zodiaque ». Cela laisse supposer que toutes les planètes se meuvent sur l’écliptique, ce qui signifie faire fi de leur déclinaison… Pour rappel, le zodiaque ne se trouve pas sur l’écliptique et il n’est pas l’écliptique puisqu’il l’entoure de part et d’autre.

* Le point vernal accéléré : le point vernal « recule légèrement de 72" par an (…) sur le zodiaque (…). » (p.576) Outre que le point vernal recule par rapport aux constellations, et non au zodiaque, il le fait de 50" par an et non de 72". Le chiffre 72 concerne effectivement la précession des équinoxes, mais pas du tout de la manière dont Elizabeth Teissier l’entend puisque le point vernal recule (toujours par rapport aux constellations et non aux signes) d’un degré tous les 72 ans.

Les erreurs et les approximations purement astrologiques sont également nombreuses, mais cet échantillon est suffisamment exemplaire. Sans parler d’autres digressions diverses et d’une certaine légèreté en matière de déontologie car, en raison des nombreux détails divulgués, certaines personnes citées en exemple pourraient facilement se reconnaître, même si leur nom n’est pas expressément cité.
Voilà donc un ouvrage qui, contrairement à ce qu’il semble prétendre, ne sert pas les intérêts de l’astrologie. Au contraire… MM

TEISSIER Elizabeth, Le passage de tous les dangers – 1999-2004, Ed. Robert Laffont.
IS46 ++++

Il en faut du courage pour plonger – en pleine crise mondiale bercée par la guerre des Balkans – et se mouiller à faire des prévisions que nul autre n’oserait aborder. J’en profite ici pour rappeler aux lecteurs de « Votre Horoscope 1999, p.50 » (écrit en août 1998) : « Remarque importante : Il existe un deuxième thème possible pour la Ve République, avec une « heure de naissance » différente (ndlr : E.T., in « Horoscope 99 », chez Ed Filipacchi, n’indique pas de quel thème il s’agit, parmi trois données existantes possibles). Selon ce dernier les augures sont bien moins optimistes. Ce qui alors ressort très fortement, c’est une implication militaire de la France dans un conflit international (liée peut-être au problème du Kosovo ». En 452 pages, E.T. passe au peigne fin, peaufine à l’extrême, toutes les tendances actuelles et futures de notre planète Terre : France, Belgique, en passant par la Corée, les USA et le Japon, et le reste avec la Bourse... Elle s’inquiète de l’évolution du monde et se permet – l’audacieuse gentille sorcière – d’énoncer des perspectives qui choqueront certains (les anti-mouilles, surtout, les muets par incapacité chronique) jusqu’en 2004. Croyez-moi, ce livre vaut le détour. C’est un vrai feu d’artifice qui prouve, si nécessaire, combien il faut d’intelligence, de repères historiques et d’audace pour présenter aux lecteurs un tel concentré de perspectives. Et dire que notre très belle Vice-présidente d’honneur indique en sous titre... un survol. Ben voyons ! JB

TEISSIER Elizabeth, Sous le signe de Mitterrand – Sept ans d’entretiens, Edition°1.
IS39

De tout temps les astrologues des hommes célèbres se sont épanchés sur leurs relations avec leurs interlocuteurs les plus illustres. Souvent apothicaires, médecins, diplomates, j’en passe et des meilleurs, de nombreux livres existent dans lesquels ils décrivent moult aventures.
C’est probablement une première, en cette fin du XXe siècle, que ces entretiens entre celui qui dirigea la France pendant 14 ans et la célèbre Elizabeth Teissier, qui dispose bel et bien d’une autorisation de l’éminent Français.
C’est naturellement une belle histoire que cette amitié stellaire étalée sur sept ans, entre un homme déjà malade et une astrologue connue pour son impact dans la presse et à la télévision. On oublie facilement que la Belle des étoiles n’est pas seulement l’ancien mannequin vedette de Coco Chanel. Plus encore, elle est sort de la Sorbonne avec d’autres atouts. Dans son livre, on retiendra des entretiens sensibles, attachants, où E.T. raconte comment F.M. en est venu à vouloir savoir « Comment tout cela fonctionne ? ». Vous ne trouverez aucune histoire croustillante, par discrétion l’auteur conserve pour elle les conversations intimes.
Sans une lettre ouverte aux astrologues et m’adressée ce 25 mai par l’auteur, on peut lire : « (…) Ce n’est pas dans mes habitudes de dévoiler les secrets intimes des personnes, célèbres ou non, qu’il m’arrive de conseiller. Je pense, par contre, que c’est un service à rendre à notre profession de révéler l’intérêt de l’ancien chef d’état pour l’astrologie et d’inscrire cette aventure mitterrandienne dans une perspective politico-historique (…) ».
Nombre s’insurger sur l’éthique de l’ouvrage. C’est le droit de chacun. Pourtant souvenez-vous de Voltaire, Œdipe I,1 : « L’amitié d’un grand homme est un bienfait des dieux. »
Et c’est sans doute cela qui dérange ! JB

TEXIER Jean, Synastrie – Le Secret des bonnes ententes astrales, Ed. du Rocher, 1996.
IS36 +++

Dans le genre, c’est un classique. Après les éléments, les douze maisons et les planètes en maisons, on passe aux superpositions des astres dans les secteurs de l’autre. Suivent les interaspects du Soleil à Pluton. Dans l’ensemble c’est bien écrit et se lit facilement. Pourtant, on est surpris de ne pas y trouver une seule figure astrale détaillée.
Il paraît que c’est la mode, on parle, on parle… mais on ne se mouille pas !
Quoi qu’il en soit, cet ouvrage de 412 pages est intéressant à consulter. JB

TIERNEY Bill, Dynamique des aspects astrologiques, Ed. Du Rocher.
IS44 ++

Il s’agit d’une réédition légèrement augmentée d’un très bon ouvrage publié il y a déjà seize ans chez le même éditeur. Dans le genre ce livre, typiquement anglo-saxon, vaut le détour et qu’on le lise sérieusement. Outre les classiques, Bill Tierney se penche avec pertinence sur les aspects mineurs, dissociés, sur les planètes sans aspects. Il aborde avec beaucoup de justesse les planètes rétrogrades dans le natal, par progression et transit. On peut seulement regretter l’absence de thèmes pour illustrer les propos de l’auteur. JB

VERNERET Gilles, Les degrés existentiels, Ed. du Rocher, 1997.
IS38 +++

Fruit d’un long et patient travail, il est difficile d’attribuer sa juste valeur à cet ouvrage : elle ne pourra se révéler que dans le moyen et long terme, par une application attentive de la symbolique de chaque degré du zodiaque proposée par l’auteur. Pour ma part, ayant mis certains cas « à l’épreuve » des « métaphores » proposée pour chaque degré – auxquels sont associés la symbolique du tarot et du Yi-king – , je peux en déduire qu’elles sont dignes d’intérêt. Bien plus d’actualité (dans son langage et son imagerie) que les autres productions du même registre, ce livre n’est pas à lire : il est à étudier et à expérimenter au fil du temps. Qui plus est – outre la préface de Robert Amadou qui, à elle seule, vaut le détour – , l’expression « le livre du destin hasardeux » est tellement poétique ! MM

VOLTMER Ulrike, Biographie im Spiegel der Direktionen – Johannes Kepler als Wegweiser, Edité par l’auteur.
IS41 +++

Cette Allemande, parlant très bien français, compte parmi les meilleurs astrologues d’Allemagne. Sa réputation a depuis bien longtemps dépassé ses frontières. Cultivée et férue de son sujet, elle peut se flatter s’être imprégnée de l’astrologie de Kepler. Elargissant, sur plus de trente années, la méthode du célèbre mathématicien, U.V. est arrivée à une interprétation plus « rythmique » suivant la démarche de son auteur fétiche. Les méthodes de prognose sont pour l’auteur un potentiel de motivation. Son livre est utile à ceux qui souhaitent en savoir plus sur la prognose, mais aussi sur la correction de l’heure de naissance. JB

WEIL Eric, Astrologie : la pratique de la prévision, Editions CEDRA-Astralis, 1995.
IS31 +++

Notre premier vainqueur du prix « Georges Antarès », attribué pour son ouvrage Le thème horaire composé, nous revient en publiant son « autobiographie astrologique ».
Pour ce faire, il utilise plusieurs méthodes passant des progressions aux transits, sans oublier les RS. Ce qui retiendra notre attention, c’est sa technique très personnelle du THC (thème horaire composé) et, maintenant, du TJC (thème horaire journalier). Le TJC est établi pour le moment exact de la conjonction du Soleil avec l’Ascendant (à ne pas confondre avec le lever astronomique du Soleil), combiné avec le thème natal. Il semble que notre auteur obtienne d’excellents résultats par cette méthode, qu’il souhaite voir appliquée par les praticiens. Le livre se termine par une autre technique intéressante : les RS progressées, préconisées par le grand Alan Leo in The Progressed Horoscope. Nos lecteurs auront compris qu’il s’agit là de dresser la RS non pas pour une année déterminée calculée pour le retour du Soleil à sa position natale, mais bien en fonction de la position du Soleil dans l’horoscope progressé.
Eric Weil ne prétend pas livrer la panacée prévisionnelle, conscient qu’il est que, si elle existait, il y a bien longtemps que tout le monde l’appliquerait. Il insiste aussi sur le fait que l’on dispose, certes, de toute une panoplie de techniques donnant des résultats variés, mais son souhait le plus cher est que l’on se penche à vérifier, par une pratique soutenue, les différentes méthodes qu’il propose ici.
Ce livre, vivant et bien enlevé, est indispensable au chercheur et au praticien d’Uranie. JB


Commentaires

Navigation

Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois