Marguerite Yourcenar : son thème, ses transits (2)

mercredi 7 septembre 2011
par  administrateur
popularité : 4%

II. Au Rythme des Astres

Les transits des trois planètes les plus lentes permettent de dresser un tableau qui trace l’évolution d’un sujet en signalant les étapes fondamentales de sa vie.

Une telle étude n’impliquant qu’Uranus, Neptune et Pluton à travers les Maisons et leurs aspects aux rapides (Soleil, Lune, Mercure et Vénus) ne se réfère pas à des cycles d’existence mais à des périodes, scandées par des étapes (l’entrée ou la sortie d’une Maison) et par des événements (les aspects).

Périodes et Événements majeurs de sa Vie

Le parcours de Pluton dessine les différentes époques de la carrière de Marguerite Yourcenar. La première période s’étale lors du transit en Maison 12 qui dure plus de vingt ans ; pendant ce temps, elle écrit notamment Alexis ou le Traité du vain combat, Feux et Le Coup de grâce. Elle fait alors partie de « ces auteurs connus de certains, mais certes pas encore reconnus de tous ». Avec l’entrée de Pluton en Maison I commence la deuxième période : elle écrit les Mémoires d’Hadrien, un ouvrage au succès immédiat. Avec Pluton en Maison 2 c’est L’Œuvre au Noir, qui confirme la renommée. Lorsque Pluton transite la Maison 3 elle atteint la célébrité et écrit Souvenirs pieux ; enfin, le transit de Pluton en Maison IV apporte la consécration avec l’élection à l’Académie française et le dernier roman achevé, Archives du Nord.

L’avancée de Neptune dans les Maisons marque ses principaux personnages et tout d’abord le sien, celui de Madame Yourcenar, trouvé lors de l’entrée de Neptune en Maison I. Quand la planète franchit le seuil de la Maison 2, elle crée Alexis. Le transit sur la cuspide de la Maison 3 signe l’entrée en scène d’une personne bien réelle, Grace Frick, que trahit Le Coup de grâce. Avec Neptune au seuil de la Maison IV arrive le tournant provoqué par Hadrien. L’entrée en Maison 5 correspond à la publication de l’histoire de Zénon, probablement son œuvre la plus accomplie. Dans le dernier ouvrage, Quoi ? L’Éternité, inachevé et posthume, réapparaît Mademoiselle de Crayencour ; il est publié lorsque Neptune transite la cuspide de la Maison 6.

Les transits d’Uranus mettent en relief des périodes plus courtes que les précédentes, dont les regroupements sont révélateurs. En Maisons Angulaires, les événements majeurs concernent la vie relationnelle : elle connaît André Fraigneau et Grace Frick avec Uranus en X ; la maladie de Grace se révèle avec l’entrée en Maison I et s’aggrave avec l’entrée en IV. Sous le passage d’Uranus en Maisons Succédantes, Marguerite Yourcenar se détermine : en Maison 8, elle décide d’être écrivain ; en 11, elle emménage dans sa première résidence fixe à Hartford (USA) ; en 2, elle s’installe dans une immobilité productive et en 5, elle entre dans la gloire. Avec Uranus dans les Maisons Cadentes, elle part : en 9, c’est le début d’une série de voyages en Italie mais aussi de sa carrière littéraire ; en 12, c’est la retraite dans sa résidence américaine sur l’île des Monts-Déserts ; en 3, c’est le début du succès particulier, notamment médiatique, qu’elle connut.

Les aspects ne sont pas négligeables : certains se forment dès que la planète entre dans une nouvelle Maison ; c’est le cas pour la Lune, dont la conjonction à Neptune se fait lors de la publication de L’Œuvre au Noir, et celle à Uranus pour son discours à l’Académie française. Les oppositions d’Uranus aux luminaires signent deux années noires, 1940 et 1985. L’opposition de Neptune au Soleil correspond à une période pénible, pendant laquelle Grace Frick entre en agonie.

La Lune en Maison IV atteste que Marguerite Yourcenar fut un auteur essentiellement voué au passé, au sien et à celui d’autrui. Trois ouvrages révèlent par leur titre ce penchant : Mémoires d’Hadrien, Souvenirs pieux et Archives du Nord. Tous trois correspondent à un transit sur la cuspide de la Maison IV, respectivement de Neptune, Uranus et Pluton.

Éléments de sa Biographie

1. Les Années Vingt

L’adolescence de Marguerite de Crayencour se termine par une confluence de transits importants sur les cuspides de trois Maisons différentes :

  • Uranus, en carré à la Lune de mars 1918 à janvier 1919, est sur la cuspide de la Maison 8 d’avril 1918 à février 1919.
  • Neptune transite l’Ascendant de novembre 1918 à juin 1920.
  • Pluton transite la cuspide de la Maison 12 de septembre 1920 à mars 1923.

L’année 1919 est marquée par sa grande décision : « elle sera écrivain » (p. 63) et c’est en 1920 que Marguerite de Crayencour devient Yourcenar. Commence alors la première période de sa carrière littéraire, qui s’étend jusqu’au début de la deuxième guerre mondiale, au moment où Uranus sort de la Maison X et Pluton termine son parcours en 12.

  • Uranus est au carré de Mercure de mai 1921 à novembre 1922. Elle publie son premier ouvrage en 1921 ; le deuxième suit en 1922.
  • Uranus passe ensuite au carré du Soleil d’avril 1923 à février 1924 et transite la cuspide de la Maison 9 d’avril 1924 à janvier 1925. Pendant ce temps, de 1922 à 1924, elle accompagne son père en Italie.
  • De novembre 1925 à juillet 1927, Neptune est au carré de la Lune ; il entre en Maison 2 de novembre 1926 à juin 1928. En 1926, elle consacre un livre à Pindare. Cette année est celle du « véritable début de la carrière littéraire de Marguerite Yourcenar » (p. 78).

Le premier ouvrage qu’elle « reconnaîtra vraiment comme sien » est Alexis ou le Traité du vain combat, commencé le 31 août 1927 et achevé le 17 septembre 1928. Bien que remarqué par la critique, le livre, publié à la fin de novembre 1929, « ne connut auprès du public pas même ce qu’on appelle un succès d’estime » (p. 90).

Elle vit de ses biens jusqu’en septembre 1939. Cette année-là, Neptune est définitivement sorti de la Maison 2. Tout au long de la traversée de cette Maison « la situation financière de Marguerite… est assez précaire » (p. 95).

2. Les Années Trente

Deux changements majeurs marquent les années trente : l’entrée d’Uranus en Maison X et celle de Neptune en Maison 3. Ils scandent deux rencontres majeures pendant cette décennie, dont l’une commence au début du transit de Pluton sur Vénus et l’autre se termine à la fin de celui-ci.

  • Uranus transite le Milieu du Ciel de juillet 1931 à janvier 1933. En 1930, André Fraigneau, qui deviendra son éditeur et aura une importance particulière dans sa vie, découvre son Pindare ; il le publie en 1932, après La Nouvelle Eurydice en 1931, alors qu’elle commence en Italie la rédaction de Denier de rêve.
  • Neptune est en carré à Mercure d’octobre 1932 à mai 1934 et il n’est dès lors pas étonnant d’apprendre que « l’activité littéraire à laquelle elle s’astreint... n’empêche pas ces années d’être celles du nomadisme... et de ce qu’elle aurait nommé... « une certaine dissipation » : l’alcool (un peu), les hommes (sans doute un peu), les femmes (beaucoup sans aucun doute) » (p. 102).
  • Uranus est carré à Vénus de mai 1934 à mars 1935. En 1934 paraissent Denier de rêve, qui sera entièrement refait en 1959, et La Mort conduit l’Attelage. En cette année, « Marguerite rencontre beaucoup de femmes. Elle aime les séduire. Elle ne supporte guère qu’on lui résiste. Elle cherche aussi à séduire les hommes... avec moins de succès, ce qui n’est pas très étonnant lorsqu’on voit l’allure de jeune homme qu’elle s’était faite. Et pourtant elle est amoureuse d’un homme. Amoureuse comme jamais auparavant, comme jamais plus, croit-elle » (p. 107). Il s’agit d’André Fraigneau qui, lui, n’a aucun penchant pour les femmes...
  • Neptune est carré au Soleil de novembre 1935 à juin 1937.
  • Pluton se conjoint à Vénus d’octobre 1936 à avril 1939.
  • Neptune transite la cuspide de la Maison 3 de septembre 1937 à juillet 1938.

Feux, commencé à rédiger en 1935, paraît en 1936, année pendant laquelle sa « vie agitée » se poursuit à travers l’Europe.

En février 1937, elle rencontre une femme, américaine, qui deviendra sa compagne : Grace Frick. Elle voyage en sa compagnie en 1937 : « elle fait à Grace le « grand jeu » du voyage d’amour : de Venise à Capri en passant par Corfou et Delphes » (p. 128). Les deux femmes décident de passer l’hiver aux États-Unis et s’embarquent en septembre 1937 pour ne rentrer en Europe qu’à la fin avril 1938. « Marguerite Yourcenar est surtout à ce moment-là de sa vie, dans une incertitude sentimentale qu’elle n’avouera jamais... (elle) est certainement « sous le coup » de deux amours fous : celui qu’elle éprouve, depuis quelque quatre ans déjà, pour André Fraigneau, auquel elle a enfin décidé d’échapper, et celui que Grace Frick éprouve pour elle, auquel elle n’a pas encore tout à fait décidé de consentir » (p. 132).

En 1938, elle publie Les Songes et les Sorts, recueil de vingt-deux récits de rêves, les Nouvelles orientales, inspirées de ses lectures sur l’Orient, et « elle rédige la première version d’un court roman… : Le Coup de grâce » (p. 132), qui paraît en mai 1939. Elle s’embarque en octobre 1939 pour les États-Unis, rejoindre Grace Frick qui l’y a invitée. Commencent alors les années quarante, « années noires » : pendant plus de onze ans son apport se limite à quelques contributions à des revues.

3. Les Années Quarante

  • Uranus est opposé à la Lune d’août 1940 à mai 1941 et il transite la cuspide de la Maison 11 de juillet 1941 à mai 1942. Après s’être ancrée dans sa décision d’être écrivain à l’entrée d’Uranus en Maison 8, Marguerite Yourcenar, qui a toujours été une nomade, s’établit dans un même lieux pendant tout le séjour d’Uranus en 11.

1940 est une année difficile, « l’année des « petits boulots » » (p. 151). À trente-sept ans, après avoir appris la chute de Paris, « sa jeunesse vient de mourir et, avec elle, une certaine idée de l’insouciance et du plaisir » (p. 152). À la fin d’octobre 1940, elle s’installe avec sa compagne à Hartford dans le Connecticut, où elles résident jusqu’en avril 1951, date à laquelle Uranus entre en Maison 12. « 1941 et 1942 sont certainement les années les plus noires. Marguerite n’a pas de vrai projet littéraire. Elle doit se préoccuper, tout bêtement, de sa survie au jour le jour » (p. 155).

C’est aussi en 1942 que Marguerite Yourcenar et Grace Frick découvrent l’île des Monts-Déserts (Maine), qui sera leur domicile dans les années cinquante.

  • Uranus se conjoint ensuite à Mercure, de juin 1944 à mars 1945, et au Soleil, d’août 1945 à mai 1946.
  • Pluton passe l’Ascendant de septembre 1944 à avril 1946.

Pendant la seconde moitié de 1943 se dessine « comme le réamorçage d’une vie » (p. 165).

« On est dans la décennie de l’amour partagé avec Grace Frick » (p. 159). À la fin de la guerre, elle décide de rester aux États-Unis, demande la nationalité américaine en février 1947 et l’obtient en décembre.

4. Les Années Cinquante

Cette décennie est marquée par la parution des Mémoires d’Hadrien et par de nombreux voyages effectués d’année en année entre l’Europe et les États-Unis.

C’est le 10 février 1949 que débute la composition des Mémoires d’Hadrien, sur lequel Marguerite Yourcenar avait commencé à travailler dès 1924.

  • Uranus franchit la cuspide de la Maison 12 entre septembre 1950 et juin 1951. C’est sous ce transit que, le 29 septembre 1950, se conclut le contrat d’achat pour un cottage qui deviendra Petite Plaisance. Avec cette acquisition « prend fin, non le nomadisme... mais une certaine forme d’errance » (p. 214). Le déménagement définitif de Hartford date d’avril 1951.
  • Neptune transite la cuspide de la Maison IV entre janvier 1951 et août 1952. C’est à cette époque que survient le véritable tournant de sa carrière, commencée au moment où la planète entrait en Maison I. La fin du manuscrit est postée le 2 janvier 1951. En compagnie de Grace, elle part le 10 mai 1951 pour un retour en Europe, où elle doit signer son contrat le 7 juin. Pendant l’été surgit un premier jalon dans ses démêlés avec les éditeurs, qui retardera la publication des Mémoires d’Hadrien, mis en vente le 5 décembre. « Dès la publication, le « succès d’Hadrien », note Marguerite Yourcenar à la fin de 1951, « passe toute attente » » (p. 230). L’ouvrage reçoit en juin 1952 le prix Femina Vacaresco. Entre-temps, Marguerite et Grace voyagent sur le continent. Mais leurs relations sont plus tendues : « il semble qu’à Paris, Marguerite, invitée, célébrée, retrouve le goût de sa fierté solitaire des années trente et sans doute le désir d’une indépendance que compromet la présence continuelle de Grace à ses côtés » (p. 236).
  • Pluton est carré à la Lune de septembre 1954 à mai 1956 et transite la cuspide de la Maison 2 entre novembre 1954 et juillet 1956. Sa traversée de la Maison 2 est particulièrement significative puisqu’elle s’étale sur toute la période de création de L’Œuvre au Noir, ouvrage qui assura son succès.

Pendant l’automne 1954, elle conteste la distribution d’Electre, représentation adaptée de sa pièce et, en novembre, fait appel à un avocat.

  • Uranus est conjoint à Vénus d’août 1955 à mai 1956.
  • Neptune est carré à Vénus de novembre 1955 à septembre 1956.

De retour à Petite Plaisance, au cours du dernier trimestre de 1955, elle commence à rédiger le texte qui deviendra L’Œuvre au Noir. « En mars 1956 est rendu le jugement du procès... à propos d’Electre. Marguerite Yourcenar gagne et se voit allouer cinq cent mille francs de dommages-intérêts » (p. 254).

Le 30 octobre 1956, commence une nouvelle « affaire » avec un éditeur, au sujet d’un recueil de poèmes, Les Charités d’Alcippe ; dès le mois de décembre, les avocats s’en chargent et ce, pendant plus de neuf ans.

  • Uranus (maître de VII et de 8) transite l’Ascendant de septembre 1957 à juillet 1958. En juillet 1958 on diagnostique chez Grace un cancer, qui deviendra généralisé et la mènera à la mort en 1979. Le 24 juillet, elle sort de l’hôpital après avoir subi l’ablation d’un sein.

5. Les Années Soixante

  • De décembre 1960 à août 1961 Uranus est au carré de la Lune en 12. Pour Marguerite Yourcenar, 1961 est « une année totalement américaine et très studieuse » (p. 285). L’état de santé de Grace s’aggrave et elle subit une nouvelle opération le 26 avril.
  • Entre août 1961 et juillet 1962 Uranus transite la cuspide de la Maison 2. Pendant l’été 1961, elle reçoit un doctorat honoris causa du Smith College à Northampton (Massachusetts) ; elle travaille à un recueil d’essai, Sous bénéfice d’inventaire, publié qu’à la fin de 1962.
  • Pluton arrive au carré de Mercure en octobre 1961 et s’en sépare en mai 1963. Au début de 1962 décède une chère amie, rencontrée dès ses premières années américaines.
  • En 1963 paraissent Le Mystère d’Alceste, écrit pendant l’été 1942, et une réédition des Nouvelles orientales.
  • Uranus arrive au carré de Mercure en novembre 1963 et s’en sépare en août 1964. Un voyage au Proche-Orient, prévu pour l’hiver 1963-1964, est annulé en raison de la maladie de Grace.
  • C’est à partir de 1964 que ce qui devait être au départ une nouvelle version de l’une de ses nouvelles, La Mort conduit l’Attelage, devient son futur roman, L’Œuvre au Noir. L’année 1964 est aussi caractérisée par une nouvelle dispute avec son éditeur à cause de cette publication, dont elle termine la première partie, « La Vie errante ».
  • Le Soleil est touché par deux carrés, celui de Pluton de décembre 1964 à juillet 1966, auquel vient se joindre Uranus en septembre 1965, jusqu’en juillet 1966.
  • Uranus entre ensuite en Maison 3 de novembre 1965 à septembre 1966, suivi par Pluton d’octobre 1966 à août 1967.

La rédaction de L’Œuvre au Noir s’achève au mois d’août 1965. L’ouvrage n’est cependant pas publié de suite puisqu’il est à l’origine, au début de 1965, d’une nouvelle procédure légale pour des questions d’édition. Le 10 décembre 1967, les éditeurs parviennent à un accord : une fois de plus elle a partie gagnée et L’Œuvre au Noir est publié en 1968, lors de la conjonction de Neptune à la Lune allant de janvier 1968 à août 1969.

« Marguerite Yourcenar reçoit, à Petite Plaisance, le 6 février 1968, le contrat très favorable... pour L’Œuvre au Noir... Ce contrat n’est qu’une formalité, car le livre est déjà en fabrication » (p. 314). Le 8 mai 1968 paraît L’Œuvre au Noir qui, comme les Mémoires d’Hadrien, connaît un succès immédiat. « À Paris, dès la fameuse « rentrée littéraire » de septembre qui marque le début de la course aux prix, on commence à entendre citer le nom de Marguerite Yourcenar » (p. 321). Elle rejoint Paris le 25 novembre, « le jour où les dames du Femina lui décernent le prix, au premier tour et à l’unanimité, ce qui arrive pour la première fois depuis la création en 1904 » (p. 322). La fin de l’année est caractérisée par un litige avec son éditeur pour la réédition de Denier de rêve ; dans ce cas également, Elle obtient gain de cause et renégocie son contrat avec une autre maison d’édition le 3 septembre 1970.

  • Neptune transite ensuite la cuspide de la Maison 5 de décembre 1969 à octobre 1970. C’est à partir de ce double transit de Neptune que commence la période de « gloire » de Marguerite Yourcenar ; la consécration arrivera avec Uranus en cette même position. Le transit d’Uranus en Maison 3 marque la dernière période de grands voyages en compagnie de Grace Frick, dont le dernier a lieu peu avant l’entrée de la planète en Maison IV.

6. Les Années Soixante-dix

« Les années soixante-dix vont être celles de la maladie, de la lente contamination de la vieillesse » (p. 333). Les relations avec Grace, dont l’état de santé se détériore, sont de plus en plus difficiles.

  • Uranus transite la cuspide la Maison IV d’octobre 1972 à août 1973. Grace sombre dans l’agonie ; elle ne survivra pas à la sortie d’Uranus de cette Maison.

Marguerite Yourcenar reçoit, en avril 1972, le prix Prince-Pierre-de-Monaco mais elle ne va pas à Monte-Carlo : « Grace doit être hospitalisée quelques jours en avril et la situation ne sera pas meilleure en décembre, au moment de la remise du prix » (p. 344). Le 3 juin, elle reçoit le doctorat honoris causa du Colby College. Les premières épreuves de Souvenirs pieux arrivent en février 1973 ; le livre est publié en janvier 1974. Ce même mois de janvier, le 18, Grace doit subir une nouvelle opération et sort de l’hôpital le 25 janvier.

  • Neptune est opposé à Mercure de février 1974 à septembre 1975.
  • Uranus arrive au carré de Vénus de novembre 1974 à août 1975.

Curieusement, en 1974, sa popularité et sa médiatisation s’amplifient bien qu’elle ne sorte plus de sa résidence américaine. Cette année, le Grand Prix national de la culture lui est attribué. L’année suivante et en 1976, elle travaille à Archives du Nord et prépare Quoi ? L’Éternité. « Ces années sont aussi celles de la disparition d’amis, complices d’une époque ou interlocuteurs intellectuels privilégiés » (p. 359).

  • Neptune s’oppose au Soleil de mars 1977 à octobre 1978. Grace est à nouveau hospitalisée, du 6 au 14 février et du 13 au 21 avril 1977. Au cours de l’année sort Archives du Nord, nouveau succès de librairie, tandis que l’Académie française lui attribue le Grand Prix de littérature pour récompenser l’ensemble de son œuvre.

La fin des années soixante-dix se partage en deux voies bien distinctes : d’une part la maladie de Grace, qui frôle l’agonie et, d’autre part, la reconnaissance officielle et définitive de Marguerite Yourcenar, la consécration d’une carrière d’écrivain.

Le 23 janvier 1978, son éditeur lui propose de présenter sa candidature à l’Académie française. Elle s’y refuse, mais accepterait une éventuelle élection. En mai 1978, arrive à Petite Plaisance une équipe de télévision parmi laquelle se trouve Jerry Wilson, qui reviendra peu avant la mort de Grace et qui deviendra son dernier compagnon.

Pluton entre en Maison IV de novembre 1979 à août 1980. C’est en 1979 que Grace meurt et que Marguerite Yourcenar entre dans sa période « médiatique ». Les journalistes se succèdent, dont Matthieu Galey, venu réaliser Les Yeux ouverts, ouvrage qui sera à l’origine d’une nouvelle controverse. L’état de Grace se précipite : elle entre dans un semi-coma et elle meurt le 18 novembre 1979.

7. Les Années Quatre-vingt

  • Uranus se conjoint à la Lune en mars 1980 et la quitte en août 1981 ; il est sur la cuspide de la Maison 5 de janvier 1981 à novembre 1981. C’est le couronnement de son parcours. Après neuf ans de quasi-immobilité, correspondant au transit d’Uranus en Maison IV, elle entreprend un nouveau voyage avec Jerry Wilson. Ils s’embarquent pour une croisière dans les Caraïbes le 6 mars 1980, le jour de l’élection à l’Académie française. Dès le retour à Petite Plaisance, le 29 mars 1980, Jerry Wilson s’installe de manière relativement stable. Au mois de juin, elle est nommée officier de la Légion d’honneur. Elle commence ensuite son essai sur Mishima, à paraître en janvier, en même temps qu’elle est reçue à l’Académie française.

Le retour en Europe date de septembre 1980. L’« ami » de Jerry, Maurice Dumay, jaloux des rapports que celui-ci entretient avec elle, les rejoint. Ils forment un « étrange trio... Marguerite est ainsi « prise en mains » et entre, sans le savoir, dans une période assez chaotique de son existence » (p. 413). Pendant ce voyage, elle décide d’entreprendre Le Tour de la Prison.

La réception à l’Académie a lieu le jeudi 22 janvier 1981 ; elle est en tous points exceptionnelle : Marguerite Yourcenar est la première femme dans l’histoire à y accéder, le président de la République s’est déplacé et, pour la première fois, la télévision retransmet la cérémonie en direct. Elle travaille ensuite à Un homme obscur, terminé le 7 septembre. Vers la fin du mois d’octobre, Maurice Dumay est malade, atteint d’un cancer. En cette période, l’exaspération de Jerry est à son comble et les brutalités physiques s’ajoutent à celles verbales, ce qu’elle semble accepter avec une « étonnante placidité » (p. 429). Début mars, ils sont de retour à Paris où Maurice Dumay meurt le 24. Au summum de sa célébrité, elle commence la rédaction de Quoi ? L’Éternité. En mai paraît Comme l’eau qui coule. Pendant l’automne 1982, est publié le premier volume de ses œuvres dans la collection de la Pléiade. Elle est parmi ces rares auteurs qui ont reçu cet hommage de leur vivant.

  • De décembre 1982 à juillet 1984, Pluton est carré à Vénus.
  • Uranus s’oppose à Mercure de mars 1983 à août 1984.

Le 20 octobre 1983, elle reçoit le prix Erasme à Amsterdam.

Pendant un séjour au Kenya, le 14 décembre 1983 en soirée, elle est victime d’un accident de la circulation qui la contraint à cinq semaines d’hospitalisation à Nairobi.

  • De janvier à novembre 1985, Uranus s’oppose au Soleil. Elle qualifia l’année 1985 de « long roman noir », « annus horribilis » s’étalant de novembre 1984 à février 1986. Jerry a rencontré Daniel et insiste pour que celui-ci les accompagne dans leur voyage en Inde au début de janvier. Vers la fin janvier, Jerry est sujet à des malaises et à des poussées de fièvre : son état s’aggrave rapidement et très vite il est conscient qu’il pourrait s’agir du SIDA. De retour aux États-Unis le 17 mars, hospitalisé, il apprend qu’il est atteint par la maladie. À peine revenue à Petite Plaisance, le 18 septembre, Marguerite Yourcenar a une crise cardiaque. Transportée d’urgence à l’hôpital, elle est opérée à Boston le 9 octobre. Le 19 octobre, elle est transférée à l’hôpital de l’île des Monts-Déserts ; le lendemain, Jerry part pour Paris. Elle est de retour chez elle le 28 octobre, affaiblie par l’épreuve encourue. Jerry Wilson meurt à Paris le 8 février 1986.
  • Neptune, sur l’Ascendant au début de sa carrière littéraire, termine son transit en Maison 5 pour atteindre la cuspide de la Maison 6 en janvier 1988. Le 8 novembre 1987, elle a une nouvelle attaque cardiaque. Transportée à l’hôpital de Bar Harbor, elle passe de la lucidité à la confusion et nous quitte le 17 décembre 1987. ♦

Tous droits réservés Michaël MANDL

Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation de l’auteur

(Article paru dans InfoSophia n°32 34, 2/1996)


Commentaires

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois